Comment sécuriser l’abolition de la peine de mort en Côte d’Ivoire ?

Mot du Président

L’ACAT Côte d’Ivoire, les organisations de la société civile ivoiriennes et la FIACAT mènent un plaidoyer pour l’abolition définitive de la peine de mort en Côte d’Ivoire par la ratification du Deuxième protocole facultatif se rapportant au Pacte international relatif aux droits civils et politiques visant l’abolition de la peine de mort.

Dans les débuts de nos actions (depuis la création de l’ACAT en 1993), la population ne comprenait pas la nécessité de lutter pour l’abolition de la peine de mort en Côte d’Ivoire. Nous leur avons fait état du caractère sacré de la vie humaine, avant de préciser que le droit à la vie est protégé par la Constitution et les textes internationaux que la Côte d’Ivoire a ratifiés. A la suite de cet exposé aux populations, celles-ci ont jugé du bien-fondé des actions de l’ACAT et les soutiennent depuis lors.

Toutefois, il est impérieux pour la Côte d’Ivoire de ratifier le Deuxième protocole facultatif se rapportant au Pacte international relatif aux droits civils et politiques visant l’abolition de la peine de mort pour rendre irréversible l’abolition de la peine de mort en toutes circonstances, garantissant ainsi le droit à la vie pour toutes et tous.

Wenceslas Assohou

Président de l’ACAT Côte d’Ivoire

 

0002 Copie

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (FIACAT_PDM_X14_RCI_lecture.pdf)FIACAT_PDM_X14_RCI_lecture.pdf