Paris, le 13 février 2018 – Aujourd’hui, Germain Rukuki, ancien comptable de l’ACAT Burundi, comparaît devant la Haute Cour de Ntahangwa au Burundi. Il est poursuivi pour « rébellion et atteinte à la sécurité de l’État ».

Germain Rukuki a été arrêté il y a exactement 7 mois, le 13 juillet 2017. Il est depuis incarcéré à la prison de Ngozi.

La FIACAT considère que l’arrestation de Germain Rukuki est arbitraire. Il lui est reproché d’avoir collaboré avec l’ACAT Burundi, organisation qui a été radiée par les autorités burundaises le 19 octobre 2016. Or l’échange de courriels sur lequel se fonde l’accusation du Ministère public date de la période où l’ACAT-Burundi exerçait légalement ses activités au Burundi.

La FIACAT demande donc aux autorités burundaises de :

  • Garantir à Germain Rukuki le respect de son droit à un procès équitable par un tribunal indépendant et impartial ;
  • Procéder à la libération immédiate de Germain Rukuki.

Contact presse :

  • Guillaume Colin : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. – +33 (0)1 58 64 10 47