A l’occasion de la journée mondiale des droits de l’homme, le 10 décembre 2018, la FIACAT organise une campagne sur le thème "La remise en cause des garanties judiciaires fondamentales dans le cadre de la lutte antiterrorisme".

Contexte de la campagne

La menace terroriste est de plus en plus présente dans nos sociétés et concerne tous les continents. Les États ont l’obligation de protéger leurs citoyens face à cette menace. Cependant les mesures prises à ces fins doivent être conformes aux droits de l’Homme. Le monde a connu, ces dernières années, une prolifération de mesures ultrasécuritaires : régimes d’exception relatifs à la lutte anti-terroriste, États d’urgence, renforcement du rôle des agences de renseignements etc. Si ces mesures ont pour objectif de protéger les citoyens contre les atteintes aux droits de l’Homme commises par les groupes terroristes, elles portent de plus en plus elles-mêmes atteintes aux droits de l’Homme et à l’État de droit.

Cette approche est non seulement contraire aux obligations et engagements internationaux des États mais également contreproductive. En effet, les atteintes ainsi portées aux droits de l’Homme et à l’Etat de droit contribuent à créer un climat d’impunité et remettent en cause l’efficacité de la lutte antiterroriste.

En 2017, la campagne porte sur les mineurs migrants isolés arrivant en Europe.

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (Campagne du 10 décembre.pdf)Document de campagne