L’examen des projets par l’Equipe pédagogique

janvier 2004

L’examen des projets par l’Equipe pédagogique

(6 heures)

Les 42 participant(e)s ont présenté chacun un projet d’activités en faveur des droits de l’homme dans leurs pays respectifs.

La mission de l’Equipe a principalement consisté à vérifier la pertinence et la faisabilité de ces projets qui devront être exécutés avant juillet 2005, dans la perspective de la deuxième phase de la session qui se déroulera sous forme d’une session d’évaluation et de suivi à Ouagadougou au Burkina Faso et qui sera l’aboutissement de ce qui a commencé à Yaoundé.

La méthodologie mise en place pour l’examen des projets devait répondre à deux contraintes importantes, mises en évidentes lors des trois cycles précédents :

-  Eviter l’aspect par trop magistral de cet exercice qui avait pour conséquence de créer du stress pour la personne qui exposait son projet ;

-  Eviter que cette présentation ne devienne une course contre la montre, du fait du rapport entre le nombre des projets à présenter le peu de temps consacré à l’examen de chaque projet. Cet état de fait avait pour conséquence de frustrer le présentateur.


L’Equipe pédagogique a donc choisi d’organiser des « tables rondes » regroupant des participants de la même région ou sous région, soit en moyenne dix personnes par demi-journée. Lors de ces tables rondes, tous les participants exposaient leurs projets durant quelques minutes et à la suite, une discussion interactive entre les participants et l’Equipe pédagogique s’engageait. Ces discussions furent enrichissantes pour les uns et les autres car elles avaient l’avantage de créer des connexions spatiales et temporelles entre différents projets et donc, d’autoriser des synergies possibles entre lesdits projets. De l’avis général, cette nouvelle méthodologie s’est avérée très satisfaisante.

L’Equipe s’était scindée en deux :

1. Julia Grignon, Koussetogue Koudé et Philippe Richard ;
2. Arsène Bolouvi, Marie-Jo Cocher et Shirley Sarna.

La plupart des 42 projets présentés sont des projets de formation, d’information et de sensibilisation en matière des droits de l’homme.

Les catégories les plus concernées sont principalement les membres des associations des droits de l’homme, les enseignants, les forces de l’ordre, les autorités publiques, religieuses et coutumières, les responsables des communautés de base, les parents, les jeunes, etc.

Parmi les groupes bénéficiaires de ces projets, on note entre autres, les femmes, les prisonniers, les victimes des guerres et autres conflits armés, principalement les victimes des viols et les personnes déplacées.

Enfin, en lien avec le thème principal de la session précédente à savoir « Les traditions africaines et les droits de l’homme », quelques projets concernent les personnes victimes de certaines pratiques traditionnelles dangereuses comme l’excision.

La plupart de ces projets ont été retouchés ou le seront sur la base des échanges avec l’Equipe qui les a examiné point après point, sur le fond et sur la forme.


- L’ouverture des travaux de la session

- Les cours magistraux

- Les travaux en atelier

- La fin des travaux et l’évaluation de la session

- L’évaluation globale et quelques enseignements

- Retour à : Session de Yaoundé, 2004


Qui sommes nous ?
Equipe
Réseau des ACAT
Statuts
Finances
Comprendre
La torture
La peine de mort
Les disparitions forcées
La justice internationale
Instances internationales
Position des Eglises
Tableau des ratifications par pays
Frise chronologique
Cartographies
Agir
Auprès des instances internationales
Avec les Coalitions
Formations
Comment agir ?
S’informer
Rapports d’activités
Rapports
Le bulletin ’Fiacat Info’
Ressources documentaires
Ressources théologiques
Liens
Espace Presse

Contact - Liens
FIACAT - 27, rue de Maubeuge - 75009 Paris — France - Tél.: +33 (0)1 42 80 01 60 - Réalisation site : Epistrophe