Accueil du site > Agir > Comment agir ? > Campagnes > IRAN : Saeed Malekpour, résident permanent au Canada, et Hamid Ghassemi (...)

IRAN : Saeed Malekpour, résident permanent au Canada, et Hamid Ghassemi Shall, citoyen canadien, sous la menace d’une exécution imminente en République islamique d’Iran

mai 2011

[English] [français]

Pendant que le monde entier portait son attention sur la vague de protestations dans le monde arabe, la République islamique d’Iran exécutait en toute discrétion un nombre massif de prisonniers accusés de conspirer contre le régime.
Saeed Malekpour, programmeur informatique de Richmond Hill, technicien informatique et détenteur d’une autorisation permanente de résidence au Canada, est l’un des deux hommes dont les condamnations à mort ont été envoyées à la Cour suprême pour confirmation et approbation le 29 janvier 2011. Il n’a pas encore été exécuté, mais sa vie tient à un fil.

Entre le 20 décembre 2010 et le 30 janvier 2011, la République islamique d’Iran a exécuté 118 personnes – plus que l’ensemble des personnes exécutées au cours des douze moins précédents. En Iran, les exécutions ont souvent, lieu en secret, ou presque sans préavis. A la fin janvier, Zahra Bahrami, irano-néerlandaise, a été exécutée, le gouvernement des Pays-Bas n’ayant pas agi pour sa défense avec suffisamment de rapidité et de détermination. Il ne faut pas que le gouvernement canadien permette que cela arrive à Saeed.

Saeed Malekpour et sa femme, Fatima Eftekhari, se sont installés au Canada en 2004 où Saeed travaillait comme informaticien indépendant et créait des codes permettant aux créateurs de sites web de télécharger des photos sur les sites. A son insu, son programme a été utilisé pour charger des photos sur un site pour adultes. En octobre 2008, alors qu’il se trouvait en Iran pour rendre visite à son père malade, il a été arrêté et accusé "d’atteinte à la sécurité nationale en élaborant et gérant des sites au contenu réservé aux adultes", "d’agitation contre le régime", de "contact avec des entités étrangères" et "d’insulte à la sainteté de l’islam". Il a été alors incarcéré dans la prison d’Evin à Téhéran, où il est détenu depuis de longs mois, dont douze à l’isolement.

Pendant sa détention à la prison d’Evin, Saeed a été torturé et forcé à faire une fausse confession qui a été diffusée par la télévision officielle, afin d’influencer l’opinion publique contre lui. En mars 2010, Saeed a écrit au procureur de Téhéran en décrivant dans le détail les tortures subies : passages à tabac qui ont cassé plusieurs de ses dents et causé une dislocation de sa mâchoire ; il a été battu avec des câbles, a subi des électrochocs et a été menacé de viol. Mais les tortures psychologiques ont été pires encore que les sévices corporels. Il a été maintenu au secret pendant de longues périodes, menacé d’exécution, d’arrestation et de torture sur sa femme et les membres de sa famille. Des gardiens l’ont humilié et lui ont fait croire que sa femme avait été arrêtée et torturée ; on ne lui a annoncé la mort de son père que quarante jours après le décès de celui-ci.

Aucune réponse n’ayant été donnée à sa lettre, la femme de Saeed en a publié le texte en espérant susciter ainsi une aide de la communauté internationale. En guise de punition, Saeed a été remis à l’isolement et à nouveau torturé ; en outre il est accusé de "propagande contre la République islamique" et de "conspiration avec son épouse contre la sécurité nationale".
En novembre 2010, Saeed a été condamné à mort.

Qui sommes nous ?
Equipe
Réseau des ACAT
Statuts
Finances
Comprendre
La torture
La peine de mort
Les disparitions forcées
La justice internationale
Instances internationales
Position des Eglises
Tableau des ratifications par pays
Frise chronologique
Cartographies
Agir
Auprès des instances internationales
Avec les Coalitions
Formations
Comment agir ?
S’informer
Rapports d’activités
Rapports
Le bulletin ’Fiacat Info’
Ressources documentaires
Ressources théologiques
Liens
Espace Presse

Contact - Liens
FIACAT - 27, rue de Maubeuge - 75009 Paris — France - Tél.: +33 (0)1 42 80 01 60 - Réalisation site : Epistrophe