Accueil du site > Archives > Luxembourg > Appel du mois > Appel du mois - Avril 2011

Appel du mois - Avril 2011

avril 2011

GUATEMALA

Assassinats de militants des droits de l’homme

Trois défenseurs des droits de l’homme d’une communauté rurale maya q’eqchi’ et l’un de leurs amis ont été tués à Río Dulce, dans le département d’Izabal, dans l’est du Guatemala. Catalina Mucú Maas, Alberto Coc Cal et Sebastian Xuc Coc, de la communauté indigène de Quebrada Seca, étudiants et militants pour le droit à la terre, défendaient activement les droits de leur communauté. Ils avaient participé à des négociations lors d’un litige foncier dans la région.

Le 12 février, ils ont disparu sur le chemin du retour de l’université de Río Dulce. La barque dans laquelle ils se déplaçaient, avec un autre étudiant, Amilcar Choc, fut retrouvée le lendemain et les cadavres criblés de balles des quatre jeunes gens apparurent les jours suivants. Ces derniers temps, d’autres militants de la communauté de Quebrada Seca ont reçu des menaces de mort et ses membres craignent désormais de sortir sur leurs terres et de vaquer à leurs occupations quotidiennes.

Selon des sources locales, les autorités concernées (le ministère de l’Intérieur et le Bureau du procureur général) n’ont répondu que tardivement aux appels de la communauté leur demandant d’examiner les corps et de se rendre sur les lieux du crime. Certains éléments de preuve essentiels tels que les sacs à dos des victimes, n’ont pas été recueillis et conservés conformément aux bonnes pratiques, mais ont été restitués à leurs familles, affectant la qualité de l’enquête.

De plus, les autorités n’avaient diligenté aucune investigation sur les menaces et d’autres incidents signalés par la communauté au cours des semaines précédentes.

La situation des défenseurs des droits de l’homme est particulièrement préoccupante au Guatemala, où ils sont constamment victimes d’agressions et de menaces en raison de leurs activités pourtant légitimes. Profitant du climat d’impunité qui règne dans le pays, des groupes clandestins et le crime organisé s’efforcent par tous les moyens d’empêcher les défenseurs des droits de l’homme de faire leur travail. Qu’il s’agisse d’agriculteurs assassinés pour avoir défendu les intérêts de leur communauté ou d’avocats intimidés pour être intervenus dans des affaires de crimes contre l’humanité, on voit se développer un schéma d’attaques perpétrées en toute impunité. Ceux qui œuvrent pour promouvoir et protéger les droits économiques, sociaux et culturels des groupes les plus marginalisés de la société sont particulièrement visés, ainsi que les personnes qui luttent pour défendre le droit à la terre et aux ressources naturelles et celles qui travaillent sur les questions environnementales.

Traduction de la lettre

Madame la Procureure général,

L’organisation de défense des droits de l’homme Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (ACAT) au Luxembourg m’informe de l’assassinat de quatre jeunes gens de la communauté maya q’eqchi’ de Quebrada Seca, dans le département d’Izabal, parmi eux trois militants connus, actifs dans la promotion des droits de leur communauté. D’autres personnes ont reçu des menaces de mort et le reste de la communauté est aussi en danger.

Catalina Mucú Maas, Alberto Coc Cal, Sebastian Xuc Coc et leur ami Amilcar Choc ont disparu en rentrant de l’université de Río Dulce le soir du 12 février. Les corps d’Alberto Coc Cal, de Catalina Mucú Maas et de Sebastian Xuc Coc ont été retrouvés deux jours plus tard flottant sur l’eau, celui d’Amilcar Choc est apparu le lendemain à un kilomètre de cet endroit. Les quatre étudiants présentaient de nombreuses blessures par balles et semblaient avoir été exécutés à bout portant.

Je m’inquiète également des informations indiquant que les autorités n’ont pas recueilli les preuves sur les lieux du crime selon les procédures adéquates.

Je m’adresse donc au Bureau du procureur pour demander une enquête approfondie, indépendante et impartiale sur le meurtre de Catalina Mucú Maas, Alberto Coc Cal, Sebastian Xuc Coc et Amilcar Choc, afin d’en identifier les responsables et de les déférer à la justice.

J’exhorte aussi les autorités à prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer la protection de la communauté de Quebrada Seca, en accord avec la volonté des personnes menacées, et pour garantir la sécurité de tous les défenseurs des droits de l’homme au Guatemala, en application de la Déclaration des Nations unies sur les défenseurs des droits de l’homme. En vous remerciant de l’attention que vous voudrez bien accorder à la présente, je vous prie d’agréer, Madame la Procureure générale, l’expression de ma très haute considération.

P.-S.

La lettre est adressée à Claudia Paz y Paz Bailey , Procureur général

Fax : 00 502 2411 9124

N’oubliez pas :
vos nom et prénom, votre adresse, la date, votre signature

Timbrez à 1,10 €

Ecrivez avant le 30 avril 2011

Qui sommes nous ?
Equipe
Réseau des ACAT
Statuts
Finances
Comprendre
La torture
La peine de mort
Les disparitions forcées
La justice internationale
Instances internationales
Position des Eglises
Tableau des ratifications par pays
Frise chronologique
Cartographies
Agir
Auprès des instances internationales
Avec les Coalitions
Formations
Comment agir ?
S’informer
Rapports d’activités
Rapports
Le bulletin ’Fiacat Info’
Ressources documentaires
Ressources théologiques
Liens
Espace Presse

Contact - Liens
FIACAT - 27, rue de Maubeuge - 75009 Paris — France - Tél.: +33 (0)1 42 80 01 60 - Réalisation site : Epistrophe