Accueil du site > S’informer > Rapports > SOS - Torture / Burundi n°60

SOS - Torture / Burundi n°60

février 2017

[English] [français]

SOS - Torture / Burundi
numéro 60 du 28 janvier au 4 février 2017

Monitoring sur les cas de torture, les arrestations arbitraires, les disparitions forcées et exécutions sommaires au Burundi

Ce rapport de SOS-Torture couvre la période du 28 janvier au 4 février 2017 concernant les violations des droits de l’homme qui continuent de se commettre en tout impunité au Burundi.

Le rapport évoque en premier lieu les actes de torture qu’ont subis les militaires arrêtés dans la foulée de l‘attaque supposée du camp militaire de Mukoni à Muyinga, attaque évoquée dans le rapport précédent. Certains parmi ces militaires arrêtés portent encore des traces des sévices subis tandis que d’autres restent toujours dans un état de souffrance dans les différentes prisons du pays où ils ont été transférés après le procès historique du Tribunal de Grande Instance de Muyinga qui a eu lieu dans une précipitation inouïe. Avec un sang-froid devant les souffrances physiques des prévenus qui venaient de leur être présentés, ils les ont condamné en moins de 48 heures, sans ordonner une assistance médicale, sans tenir compte des actes de torture qui leur ont été infligés, et sans ordonner des enquêtes pour retrouver leurs tortionnaires pourtant membres des services de sécurité.

Au moins six (6) personnes ont été arrêtées arbitrairement dans différentes localités. A ceux là s’ajoutent 186 burundais extradés de force et en violation de toutes les conventions internationales en matière d’extradition, par les autorités congolaises vers le Burundi. Ces personnes avaient pourtant demandé refuge en République Démocratique du Congo. Le Ministère de la justice les a tous fait écroué dans différentes prisons au moment où la Ministre avait affirmé que toutes ces personnes seront remis à leurs familles respectives juste après identification.

SOS-Torture Burundi rapporte aussi cinq (5) personnes tuées dans différentes localités, dont deux victimes retrouvées dans la zone Ngagara à deux jours d’intervalle.

Pour consulter tous les rapports :http://sostortureburundi.org/

La campagne SOS-Torture/Burundi a été initiée dans l’objectif d’informer l’opinion nationale et internationale sur les violations graves des droits de l’homme en cours au Burundi à travers des rapports de monitoring notamment sur la torture, les arrestations arbitraire, les disparitions forcées, les violences sexuelles et les exécutions sommaires. Cette initiative d’informer sur les réalités du pays a fait suite au carnage d’une centaine de personnes tuées au cours la journée du 11 décembre et celle du 12 décembre 2015 par des policiers et des militaires sous le prétexte de poursuivre des rebelles qui venaient d’attaquer des camps militaires situées à la périphérie de la capitale Les zones touchées sont dites contestataires du troisième mandat du Président Nkurunziza à savoir Musaga, Mutakura, Cibitoke, Nyakabiga, Jabe, les deux dernières étant situées au centre la Mairie de Bujumbura.

Qui sommes nous ?
Equipe
Réseau des ACAT
Statuts
Finances
Comprendre
La torture
La peine de mort
Les disparitions forcées
La justice internationale
Instances internationales
Position des Eglises
Tableau des ratifications par pays
Frise chronologique
Cartographies
Agir
Auprès des instances internationales
Avec les Coalitions
Formations
Comment agir ?
S’informer
Rapports d’activités
Rapports
Le bulletin ’Fiacat Info’
Ressources documentaires
Ressources théologiques
Liens
Espace Presse

Contact - Liens
FIACAT - 27, rue de Maubeuge - 75009 Paris — France - Tél.: +33 (0)1 42 80 01 60 - Réalisation site : Epistrophe