Accueil du site > Agir > Comment agir ? > Campagnes > REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO : Justice pour Floribert Chebeya

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO : Justice pour Floribert Chebeya

décembre 2012

[English] [français]

Floribert Chebeya Bahizire, militant internationalement respecté et apprécié, dirigeait le Réseau national des ONG de défense des droits de l’homme de la République démocratique du Congo et La Voix des Sans Voix, l’une des plus grandes organisations de défense des droits de l’homme de la RDC. Son assassinat, le 2 juin 2010, a porté un coup terrible à l’ensemble de la société civile du pays, et provoqué un profond émoi bien au-delà des frontières de la RDC.

Dans la matinée du 1er juin, Floribert Chebeya avait été convoqué par téléphone au bureau du général John Numbi, inspecteur général de la police, dans la commune de Ligwala, à Kinshasa. Il avait quitté son travail à 17 heures pour se rendre à cette convocation et était resté en contact téléphonique avec sa famille jusqu’aux environs de 21 heures, sans avoir été reçu par le général. Le lendemain matin, le corps du militant était retrouvé dans une banlieue proche de son domicile. Son chauffeur, Fidèle Bazana Edadi, a lui aussi été assassiné. Floribert Chebeya avait été l’objet de manœuvres de harcèlement et d’intimidation de la part des autorités à plusieurs reprises par le passé, et peu avant sa mort, il avait signalé qu’il se sentait menacé.

Le 23 juin 2011, le Tribunal militaire de Kinshasa-Gombe a condamné cinq policiers, dont trois par contumace, pour meurtre, arrestation et détention illégales, et enlèvement. Démis en 2010 de ses fonctions en relation avec l’affaire, le général Numbi n’a jamais été inculpé.

Thierry Michel, le journaliste belge qui a réalisé le documentaire « L’affaire Chebeya, un crime d’État ? » retraçant la procédure judiciaire ouverte à l’encontre des membres des forces de l’ordre suspectés du double assassinat, a été expulsé de RDC en juillet 2012, à son arrivée à l’aéroport de Kinshasa N’djili, alors qu’il venait participer au lancement de son film.

Deux ans et demi après le meurtre de Floribert Chebeya et de Fidèle Bazana, les menaces et actes d’intimidation continuent à se multiplier en RDC à l’encontre de défenseurs des droits de l’homme, d’opposants et de journalistes. Dans le même temps, les atteintes massives aux droits de l’homme – viols, exécutions sommaires, recrutement forcé de civils, y compris d’enfants, pillages et collecte illégale d’impôts par différents groupes armés, déplacements de populations – se poursuivent sans discontinuer dans l’est du pays et restent totalement impunies.

Qui sommes nous ?
Equipe
Réseau des ACAT
Statuts
Finances
Comprendre
La torture
La peine de mort
Les disparitions forcées
La justice internationale
Instances internationales
Position des Eglises
Tableau des ratifications par pays
Frise chronologique
Cartographies
Agir
Auprès des instances internationales
Avec les Coalitions
Formations
Comment agir ?
S’informer
Rapports d’activités
Rapports
Le bulletin ’Fiacat Info’
Ressources documentaires
Ressources théologiques
Liens
Espace Presse

Contact - Liens
FIACAT - 27, rue de Maubeuge - 75009 Paris — France - Tél.: +33 (0)1 42 80 01 60 - Réalisation site : Epistrophe