Accueil du site > Agir > Comment agir ? > Prier > Recueil de prières : Des chrétiens contre la peine de mort > Principales déclarations du Conseil Œcuménique des Eglises relatives à (...)

Principales déclarations du Conseil Œcuménique des Eglises relatives à la peine de mort

janvier 2004

[English] [français]

Principales déclarations du Conseil Œcuménique des Eglises relatives à la peine de mort

Déclaration du Conseil œcuménique des Eglises sur la peine de mort (1990)

« Préoccupé par l’application croissante de la peine de mort dans de nombreuses parties du monde,
Reconnaissant que tous les êtres humains sont créés à l’image de Dieu et sont d’une valeur infinie et, qu’en ôtant une vie humaine, l’Etat usurpe la volonté de Dieu,
Reconnaissant que la destruction d’une vie humaine par l’Etat exclut la rédemption et la réconciliation du coupable, et de ce fait est contraire à la notion d’amour chrétien telle qu’elle a été révélée dans le Nouveau Testament,
Reconnaissant que la peine de mort est irréversible, et de ce fait qualitativement différente en nature de tous les autres châtiments,
Rappelant que les normes internationales en matière de droits de l’homme mentionnent parmi les droits ne souffrant pas de dérogation le droit de chacun « à la vie, à la liberté et à la sécurité de la personne » et de ne pas être soumis à la torture ou à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants,
Préoccupé que la peine de mort soit un châtiment souvent utilisé de manière inégale et injuste contre les pauvres, les minorités, des groupes opprimés dans les sociétés, ou contre des opposants politiques à ceux qui détiennent le pouvoir,
Rappelant qu’à maintes reprises le Conseil oecuménique des Eglises a plaidé pour la vie de personnes condamnées à mort par des Etats,
Confessant que des Eglises chrétiennes ont souvent dans le passé approuvé l’application de la peine de mort et l’ont justifiée par des considérations bibliques et théologiques, et dans certains cas continuent à le faire à ce jour, Réaffirmant la recommandation de 1971 du Comité central de « promouvoir les efforts dans le sens de l’abolition de la peine capitale en tant qu’expression significative de notre croyance en la sainteté de la vie »,

Le Comité central du Conseil œcuménique des Eglises, réuni à Genève (Suisse) en mars 1990,

1. Déclare son opposition inconditionnelle à la peine capitale et demande à tous les Etats de l’abolir ;

2. Demande instamment aux gouvernements de signer et de ratifier rapidement le deuxième Protocole facultatif se rapportant au Pacte international relatif aux droits civils et politiques, concernant l’abolition de la peine de mort ;

3. Demande aux Eglises membres, autant que possible en coopération avec des personnes d’autres confessions et des organisations non gouvernementales :

a) de préconiser l’abolition de la peine de mort dans les Etats où elle demeure légale ;
b) de s’opposer aux efforts de rétablissement de la peine de mort dans les Etats où elle est actuellement abolie ;
c) de soutenir les efforts internationaux en faveur de l’abolition universelle de la peine de mort ;
d) de développer des arguments théologiques et bibliques pour aider leurs propres membres et d’autres personnes dans leurs efforts en vue de l’abolition de cette peine, et de réfuter les arguments bibliques et théologiques avancés par de nombreux partisans de la peine de mort ;
e) de s’encourager et de s’appuyer mutuellement dans ces efforts, en partageant leurs idées, leurs ressources et leur solidarité. ».

Extrait d’une Déclaration sur les droits de la personne humaine adoptée par la Huitième Assemblée du Conseil oecuménique des Eglises

Harare, Zimbabwe, 3-14 décembre 1998

« Le COE s’oppose depuis longtemps à l’application de la peine capitale, mais le recours à ce châtiment ultime est souvent souhaité par les victimes dans les sociétés où sévissent la criminalité et la violence. Il convient de condamner tout spécialement la peine capitale prononcée contre les jeunes. Les Eglises ont la responsabilité de prôner la stricte observation des règles du droit international et des normes relatives au respect des droits de la personne humaine qu’il fixe pour le traitement des délinquants. »

Qui sommes nous ?
Equipe
Réseau des ACAT
Statuts
Finances
Comprendre
La torture
La peine de mort
Les disparitions forcées
La justice internationale
Instances internationales
Position des Eglises
Tableau des ratifications par pays
Frise chronologique
Cartographies
Agir
Auprès des instances internationales
Avec les Coalitions
Formations
Comment agir ?
S’informer
Rapports d’activités
Rapports
Le bulletin ’Fiacat Info’
Ressources documentaires
Ressources théologiques
Liens
Espace Presse

Contact - Liens
FIACAT - 27, rue de Maubeuge - 75009 Paris — France - Tél.: +33 (0)1 42 80 01 60 - Réalisation site : Epistrophe