Accueil du site > Agir > Comment agir ? > Campagnes > OUZBEKISTAN : Norboy Holjigitov, un défenseur des droits de l’homme (...)

OUZBEKISTAN : Norboy Holjigitov, un défenseur des droits de l’homme âgé de 60 ans, détenu dans une prison ouzbèke, est dans un état de santé extrêmement préoccupant.

septembre 2010

[English] [français]

Norboy Holjigitov, un défenseur des droits de l’homme âgé de 60 ans, détenu dans une prison ouzbèke, est dans un état de santé extrêmement préoccupant.

En 2005, il a été condamné à dix ans de prison pour avoir défendu le droit des fermiers de son village, dans la région de Samarcande. Les charges retenues contre lui ont été manifestement fabriquées afin de le punir de ses activités en faveur des droits de l’homme. Il a été reconnu coupable de « diffamation », d’infractions « contre l’État » et de « fraude ». Il a été envoyé dans la colonie pénitentiaire de Karshi, au sud de l’Ouzbékistan, une des pires prisons du pays.

Ne bénéficiant pas de traitement médical en détention, son pronostic vital a été engagé en début d’année. Souffrant d’un diabète, il a subi une paralysie de sa jambe et de son bras droits avec une très forte tension. Il a perdu 31 dents sur 32 et ne peut plus mâcher sa nourriture. Il a perdu 40 kg. En février 2010, son état était tel qu’il ne pouvait plus parler, ni bouger. Norboy Holjigitov a été battu et menacé d’être interné dans un hôpital psychiatrique lorsqu’il a tenté de contester le traitement qu’il subissait.

Il a été transféré à plusieurs reprises dans un hôpital pénitentiaire sans recevoir de traitement approprié. Depuis le printemps 2010, il a des lésions sur les bras et les jambes qui évoluent vers la gangrène et est privé d’un accès à des soins. Le Comité International de la Croix Rouge s’est vu refusé toute visite.

Selon la loi d’amnistie, les détenus dont l’état de santé est très grave doivent bénéficier d’une amnistie présidentielle, mais Norboy Holjigitov n’en a pas bénéficié jusqu‘ici. Il ne perd pas espoir et utilise tous les moyens pour dénoncer son emprisonnement. Il écrit des lettres de plaintes à toutes les instances, malgré la confiscation régulière des courriers par l’administration carcérale.

Son fils de 14 ans, Shahzodhon, souffre en outre d’un cancer. Il a déjà subi cinq opérations et est actuellement hospitalisé dans un centre oncologique de Tashkent. Sa famille a vendu tout ce qu’elle pouvait pour payer son traitement. Et ils n’ont plus de moyens pour continuer le traitement.


Qui sommes nous ?
Equipe
Réseau des ACAT
Statuts
Finances
Comprendre
La torture
La peine de mort
Les disparitions forcées
La justice internationale
Instances internationales
Position des Eglises
Tableau des ratifications par pays
Frise chronologique
Cartographies
Agir
Auprès des instances internationales
Avec les Coalitions
Formations
Comment agir ?
S’informer
Rapports d’activités
Rapports
Le bulletin ’Fiacat Info’
Ressources documentaires
Ressources théologiques
Liens
Espace Presse

Contact - Liens
FIACAT - 27, rue de Maubeuge - 75009 Paris — France - Tél.: +33 (0)1 42 80 01 60 - Réalisation site : Epistrophe