Accueil du site > Archives > 30 ans de l’ACAT > Les 30 ans de l’ACAT > Message du Conseil pontifical Justice et paix à l’occasion des 30 ans (...)

Message du Conseil pontifical Justice et paix à l’occasion des 30 ans de l’ACAT

décembre 2004

Message du Conseil pontifical Justice et paix à l’occasion des 30 ans de l’ACAT

3 décembre 2004

Monsieur le Président de la FIACAT Madame la Présidente de l’ACAT - France,

La Fédération internationale de l’Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture fête aujourd’hui - de manière significative à quelques jours de la Journée internationale des droits de l’homme - un anniversaire important : celui de l’institution, il y a trente ans, de sa cellule originaire, l’ACAT France. Elle le fait, d’une manière solennelle, par une célébration au siège de l’UNESCO, à laquelle je m’associe idéalement de tout cœur.

L’abolition de la torture est, en effet, un sujet douloureux qui tient à cœur à l’Eglise catholique et fait partie de ceux qui sont au cœur des préoccupations du Conseil Pontifical "Justice et Paix". Contre cette pratique, que le Concile Vatican II définit comme "infâme" (Gaudium et spes, n° 27), le Pape Jean Paul II s’est prononcé maintes fois avec des accents particulièrement sévères. Ces condamnations reflètent, d’ailleurs, les sentiments qui, en s’enracinant dans le cœur de l’humanité tout au long des années, ont été traduits dans les instruments juridiques internationaux relatifs aux droits de l’homme qui considèrent l’interdiction de la torture comme un acquis auquel on ne peut déroger en aucune circonstance. Parmi

ces instruments, de première importance sont ceux qui relèvent du droit humanitaire, qui, comme le soulignait le Saint-Père dans un discours mémorable à l’Institut International de Droit Humanitaire, "doit être imposé dans les conflits, doit être attentif au sort des réfugiés… doit être attentif aux peuples du Tiers-Monde condamnés au sous-développement… doit être attentif à tous ceux qui sont persécutés pour raisons politiques et dont beaucoup sont arrêtés et détenus sans jouir d’aucune protection contre la pratique abominable de la torture" (18 mai 1982).

Aussi, c’est avec une conviction profonde que j’appuie l’engagement de l’ACAT en faveur de tous ceux qui sont torturés et détenus dans des conditions inhumaines, un engagement qui met "au centre de son action la prière", puisque c’est un engagement chrétien. Et il ne pourrait pas en être autrement car, "pour ce qui en est de la torture, le chrétien est confronté dès son enfance avec le récit de la passion du Christ" (Jean-Paul II au Comité International de la Croix Rouge, 15 juin 1982).

En vous priant de transmettre mon soutien et mon encouragement à tous les participants à l’importante célébration du 4 décembre, veuillez agréer, Monsieur le Président et Madame la Présidente, l’expression de ma considération très sincère.

Renato Raffaele Card. Martino
Président


Qui sommes nous ?
Equipe
Réseau des ACAT
Statuts
Finances
Comprendre
La torture
La peine de mort
Les disparitions forcées
La justice internationale
Instances internationales
Position des Eglises
Tableau des ratifications par pays
Frise chronologique
Cartographies
Agir
Auprès des instances internationales
Avec les Coalitions
Formations
Comment agir ?
S’informer
Rapports d’activités
Rapports
Le bulletin ’Fiacat Info’
Ressources documentaires
Ressources théologiques
Liens
Espace Presse

Contact - Liens
FIACAT - 27, rue de Maubeuge - 75009 Paris — France - Tél.: +33 (0)1 42 80 01 60 - Réalisation site : Epistrophe