Accueil du site > Archives > Cycle de formation 1999-2000 > Les jeunes et les droits de l’homme

Les jeunes et les droits de l’homme

janvier 2000

Les jeunes et les droits de l’homme

- Burkina-Faso : les enfants maltraités

"Maltraitance des enfants de moins de 16 ans en milieu urbain à Ouagadougou" : c’est à ce délicat problème que s’est attelée Lucienne Zoma de novembre 1999 à juin 2000.

En organisant des sketches dans trois écoles de Ouagadougou sur l’excision, les enfants battus, les enfants prostitués..., elle a contribué à sensibiliser les enseignants, les parents d’élèves et les enfants sur ces problèmes.

Puis, elle a étendu son action à l’ensemble de la population en diffusant un questionnaire sur les droits des enfants.

De leur côté, les enfants (scolarisés ou non), réunis en groupes, ont été amenés à réfléchir sur leurs droits en dessinant un arbre et en indiquant sur ses branches les droits qu’ils possèdent.

Le dépouillement des questionnaires et l’examen des différents arbres a été révélateur : les droits des enfants sont trop peu connus (surtout par les principaux intéressés) et le sujet demeure tabou.

Les différentes démarches entreprises par Lucienne Zoma ont eu le mérite de briser la loi du silence.

- Côte d’Ivoire : un club "droits de l’Homme" au sein d’un lycée

Paul Angaman (participant à la session de formation à Yaoundé en 1997), a créé à la rentrée 1997 une section ACAT Jeunes au sein du Lycée Sainte Marie d’Abidjan.

Avec les membres de cette section, il définit chaque année un programme d’activités visant à sensibiliser les lycéens sur leurs droits.

Des conférences-débats sur les droits de l’Hommes, des soiréesvidéos, des ateliers et des veillées de prière sont organisés dans le cadre de l’établissement.

D’autres activités sont menées à l’extérieur de l’établissement, notamment en lien avec la prison (collecte de dons).

En 1998, l’accent a été mis sur la vulgarisation de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (à l’occasion de son cinquantenaire). En 1999-2000, les activités ont été orientées sur la vie de l’établissement (ex. : note à l’administration pour protester contre la violation de la confidentialité des lettres adressées aux élèves ; projet de charte ivoirienne des droits des élèves...).

- Mali : Jeunesse et violence à Bamako

Gilbert Diarra a organisé 4 ateliers pour des jeunes de différentes communes sur les causes, conséquences et solutions possibles aux problèmes de violence. Ces ateliers ont eu lieu les 18 décembre 1999 (17 participants), 8 janvier 2000 (15 participants), 20 janvier (11 participants) et 8 février (8 participants).

- Sénégal : l’éducation aux droits de l’Homme des enfants de 8 à 14 ans au sein du programme scolaire

Augustin Hountondji, Alphé Mbaïornom et Eugène Diatta ont choisi comme public-cible des enfants de 8 à 14 ans. Avec l’accord de la direction de l’Ecole primaire Simon Fall, la formation aux droits de l’Homme a pu être intégrée dans le cursus scolaire des élèves de CE1 à CM2. Plusieurs outils ont été utilisés : textes (Déclaration Universelle des Droits de l’Homme), vidéos, dessins... Les élèves ont également participé à un concours de poèmes sur le thème "la paix en Afrique" organisé par la Fondation internationale pour la paix. Sur les 120 élèves primés, les 11 premiers venaient des élèves ayant reçu la formation "droits de l’Homme" à l’Ecole primaire Simon Fall.

Ils se rendront normalement à Jérusalem en fin d’année 2000 pour la caravane de la paix. Cette formation était une première dans une école privée laïque au Sénégal. Sa médiatisation pourra permettre de la généraliser à d’autres établissements.

- Tchad : la formation d’élèves à la non-violence

Marc Beoudou Mbaiguedem, Gosngar Doumnguinam et Abel Pah sont intervenus dans deux établissements scolaires, le collège "les étoiles brillantes" et l’école primaire Béguinage (pour les élèves du CP1 au CM2).

C’est au total plus de 500 élèves qui ont reçu une formation et une sensibilisation sur la non-violence. Au niveau du collège, un comité antiviolence a même été formé dans chaque classe, une réflexion a été menée sur le port des armes à l’école et la directrice de l’établissement a pris la décision d’intégrer cette formation dans le programme scolaire. Au niveau de l’école primaire, les trois participants se sont vus confier la responsabilité de l’organisation des festivités de fin d’année scolaire : des sketches, danses, chants, récitations et jeux de rôle ont donc été présentés par les élèves sur le thème "la non-violence ou le chemin de la réconciliation". Une table-ronde organisée par les enfants sur ce thème a été médiatisée par la radio et la télévision. La directrice du jardin d’enfants a alors demandé aux trois participants d’intervenir lors d’une colonie de vacances, du 21 au 27 juin. 60 enfants ont ainsi pu être sensibilisés à leurs droits. D’autres actions de sensibilisation ont également été menées auprès de communautés chrétiennes (125 membres des paroisses d’Amtoukoui et de Kabalaye).

- République Démocratique du Congo : la création de comités de jeunes pour la défense des droits humains

Sylvestre Bisimwa a permis la mise en place de 30 comités de jeunes pour la défense des droits humains au sein de 30 écoles de la ville de Bukavu (avec l’accord de leur direction). 30 enseignants encadreurs ont été formés aux droits de l’Homme et à la résolution pacifique des conflits. Grâce à ceux-ci, ce sont près de 750 élèves qui ont pu être touchés par ce projet.

Ces comités devraient être reconduits à la rentrée scolaire prochaine. L’insertion de cours sur les droits de l’Homme dans le programme de l’enseignement scolaire est à l’étude.


- Les droits des femmes

- La formation de responsables

- La vulgarisation d’instruments juridiques

- Une catéchèse des droits de l’homme

- La formation en milieu professionnel

- Session 1999/2000 du cycle NK


Qui sommes nous ?
Equipe
Réseau des ACAT
Statuts
Finances
Comprendre
La torture
La peine de mort
Les disparitions forcées
La justice internationale
Instances internationales
Position des Eglises
Tableau des ratifications par pays
Frise chronologique
Cartographies
Agir
Auprès des instances internationales
Avec les Coalitions
Formations
Comment agir ?
S’informer
Rapports d’activités
Rapports
Le bulletin ’Fiacat Info’
Ressources documentaires
Ressources théologiques
Liens
Espace Presse

Contact - Liens
FIACAT - 27, rue de Maubeuge - 75009 Paris — France - Tél.: +33 (0)1 42 80 01 60 - Réalisation site : Epistrophe