Accueil du site > Agir > Comment agir ? > Campagnes > GUATEMALA : Des défenseurs des droits de l’homme assassinés

GUATEMALA : Des défenseurs des droits de l’homme assassinés

avril 2011

[English] [français]

Trois défenseurs des droits humains membres d’une communauté rurale maya q’eqchi’ ont été tués à Rio Dulce, dans le département d’Izabal, dans l’est du Guatemala. Ces trois militants, des étudiants luttant en faveur des droits fonciers, ont été retrouvés morts le 14 février. Le reste de leur communauté est en danger.

Le 12 février, Catalina Mucú Maas, Alberto Coc Cal et Sebastian Xuc Coc ont quitté leur communauté à 6 h 30 et pris le bateau pour aller à l’université à Rio Dulce, dans le département d’Izabal ; les trois étudiants font partie de la communauté maya q’eqchi’ Quebrada Seca, installée sur une rivière. Ils sont arrivés à destination deux heures plus tard et ont amarré leur bateau à un quai. À 14 heures, Alberto Coc Cal et Sebastian Xuc Coc sont retournés sur les quais pour déjeuner dans un café non loin de là. Une demi-heure après, un inconnu s’est rendu dans le même café et a demandé à les voir mais ils étaient déjà partis.

Alberto Coc Cal, Catalina Mucú Maas et Sebastian Xuc Coc sont sortis de cours vers 17 heures et un de leurs amis, Amilcar Choc, les a rejoints. Les quatre étudiants ont pris le chemin du retour. Catalina Mucú Maas a appelé sa famille pour dire qu’elle rentrait. Plus personne n’a eu de contact avec les militants après cet appel. Leurs familles ont demandé l’aide des autorités pour les retrouver.

Le 13 février à 14 heures, des membres de la communauté Quebrada Seca ont trouvé le bateau et y ont découvert des impacts de balles et des traces de sang. Les militants n’étaient pas là mais leurs sacs à dos ont été retrouvés. Le lendemain, des personnes de la communauté ont commencé à rechercher les quatre étudiants. Les corps d’Alberto Coc Cal, Catalina Mucú Maas et Sebastian Xuc Coc ont été retrouvés le 14 février, flottant non loin de l’endroit où s’était trouvé le bateau la veille. Le corps de leur ami, Amilcar Choc, a été retrouvé le 15 février à un kilomètre de là. Les quatre étudiants présentaient tous plusieurs blessures par balles.

Les trois défenseurs tués militaient activement pour promouvoir les droits de la communauté Quebrada Seca. Ils avaient participé à des négociations lors d’un litige foncier dans la région. D’autres militants associatifs ont récemment reçu des menaces de mort ; des membres de cette communauté sont maintenant en danger et craignent de cultiver leurs terres et de vaquer à leurs occupations quotidiennes.

Qui sommes nous ?
Equipe
Réseau des ACAT
Statuts
Finances
Comprendre
La torture
La peine de mort
Les disparitions forcées
La justice internationale
Instances internationales
Position des Eglises
Tableau des ratifications par pays
Frise chronologique
Cartographies
Agir
Auprès des instances internationales
Avec les Coalitions
Formations
Comment agir ?
S’informer
Rapports d’activités
Rapports
Le bulletin ’Fiacat Info’
Ressources documentaires
Ressources théologiques
Liens
Espace Presse

Contact - Liens
FIACAT - 27, rue de Maubeuge - 75009 Paris — France - Tél.: +33 (0)1 42 80 01 60 - Réalisation site : Epistrophe