Accueil du site > Archives > Cycle de formation 2001-2002 > Formation en milieu scolaire et universitaire

Formation en milieu scolaire et universitaire

janvier 2002

Formation en milieu scolaire et universitaire

Collèges / Lycées :

- Au Burkina Faso, un projet d’éducation des enfants aux droits de l’homme dans des écoles

Ce projet a été mené par Casimir Ilboudo de l’ACAT Burkina Faso de septembre 2001 à mai 2002.

Les élèves, des délégués de l’école et les associations de parents d’élèves du lycée Maranatha et du lycée Municipal ont participé aux activités culturelles et sportives qui ont pris la forme d’exposés, de débats, de théâtre, de jeux concours et d’émissions de radio.

- Au Congo, formation aux droits de l’homme, à cinquante jeunes filles scolarisées.

Cette formation a été organisée par Inès Perside Binaki, de l’Association des femmes juristes du Congo, les 22 et 23 février 2002, elle a rassemblé 25 collégiennes et 25 lycéennes de 15 à 25 ans pour les sensibiliser à leurs droits et surtout à la protection de leur intégrité physique.

Trois thèmes ont été développés : la protection des droits des femmes congolaises au regard de la loi congolaise, au vu des instruments internationaux et les mécanismes internationaux de défense de leurs droits.

Les enseignements se sont matérialisés sous forme de cours, scènes et jeux de rôle permettant ainsi de mettre en pratique les informations échangées.

- En République Démocratique du Congo (RDC), la sensibilisation des lycéens à la discrimination à l’égard des femmes.

Ce séminaire, a été mis en place par Hamibanga Désiré Shamavu, du Groupe Jérémie.

Le 1er décembre 2001, 252 lycéennes du Lycée de Wima ont assisté à des conférences sur le thème de "la violence faite à la femme, un handicap pour la paix".

Le 15 décembre 2001, 117 jeunes filles et jeunes garçons de l’Institut Nyalukimba ont suivi des conférences sur le même thème et sur le droit international humanitaire.

Le but était de promouvoir les droits de la femme souvent en contradiction avec les pratiques traditionnelles.

- Au Sénégal, projet de sensibilisation des lycéens , aux droits de l’homme et plus spécifiquement aux droits de la femme.

Le projet, porté par Jeannine Valérie Dores-Vosges, de l’ACAT à Dakar, a débuté en décembre et s’est déroulé le samedi, de 10h à 12h, tous les quinze jours. Il s’adressait à 12 filles et 8 garçons de seconde.

Les ateliers étaient organisés de manière à ce que chaque élève ou groupe de deux élèves soient placés devant une situation concrète de torture vécue par une femme, ils devaient ainsi dégager les droits violés et la manière de les défendre.

- Casamance, sensiblisation de collégiens aux droits de l’homme à travers les instruments internationaux les concernant

Jean-Pierre Lambal, de l’ACAT en Casamance, a choisi de sensibiliser 30 collégiens, de novembre 2001 à février 2002, les élèves se réunissant les samedis et mercredis après-midi au lycée.

Les deux conventions principalement discutées ont été la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale et la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants.

- Au Tchad, "la torture et les mécanismes de lutte" et "la tolérance et la non violence"

L’objectif de cette formation, organisée par Mbaïnon Doumguinam avec le soutien de l’ACAT Tchad, était de faire connaître aux élèves de 3ème et 2nde du collège "Tolérance" d’Abena la notion, les mécanismes et les textes concernant la torture et de les amener à savoir régler les conflits de manière pacifique. Elle s’est déroulée les 25 et 26 février 2002.

- N’Djamena, contre la violence dans les écoles.

Mme Adoum Oyal Ngarassal, membre de l’ATPDH a pris contact avec la soeur directrice du collège lycée du Sacré Coeur à N’Djamenaafin d’organiser les heures et dates précises des séances, de septembre 2001 à janvier 2002. 30 élèves ont dû être sélectionnés parmi les volontaires, 36 se sont présentés sans que l’on puisse en exclure, au vu de leur enthousiasme.

- Egalement à N’Djaména, journées de formation des élèves au respect des droits de l’homme et à la non violence.

Dadoum Mbaihorum membre d’Amnesty International Tchad a réussi à mettre en place des cellules et groupes d’Amnesty International dans les différents établissements à la suite des formations.

44 élèves du lycée Félix Eboué ont assisté aux enseignements sur le respect des droits de l’homme les 24 et 25 janvier 2002.

La session du 15 mars 2002 a vu la participation de plusieurs élèves de différents établissements sur les thèmes de l’analphabétisme, l’ignorance, la culture et les droits de l’homme.

Etudiants

- Au Togo, "Démocratie, droits de l’homme et engagement citoyen du jeune chrétien".

Le séminaire de Maximin Adjate de la Jeunesse Etudiante Chrétienne (JECI Afrique), qui s’est adressée à 60 étudiants, a été organisée du 4 au 10 février 2002, à l’Université de Lomé, afin de contribuer à la naissance d’une société civile plus représentative et plus effective au Togo.

Le séminaire, qui alternait exposés et cas pratiques, visait à vulgariser les droits de l’homme et les valeurs démocratiques dans le monde estudiantin, former les étudiants aux droits de l’homme selon le Droit International et le droit national togolais et les familiariser aux instruments internationaux.

Les enseignants

- Au Mali, session sur l’éducation aux droits de l’homme.

Les 11 et 12 mai 2002, 25 enseignants ont assisté au séminaire mise en place par Saloum Traore d’Amnesty International Mali et à des ateliers sur des sujets tels que le règlement des conflits, cultures africaines et droits de l’homme.

- A Dombila, droits et devoirs des citoyens.

Ainsi, les 2 et 3 février 2002, Philomène Camara de l’ACAT Mali a assuré la formation des 25 enseignants contractuels des écoles communautaires et 6 participants de niveau supérieur (ENA).

L’objectif était de comprendre la place du citoyen face à l’Etat, en énumérant et analysant leurs droits et devoirs par rapport à la société, à l’Etat.

Parmi les thèmes abordés, on peut citer : « la démocratie et le cadre politique et institutionnel est une exigence », « la décentralisation et le cadre territorial d’application des droits et devoirs est une volonté concrète de gestion participative » et « le développement local, aboutissement des deux premiers, est un objectif ».

- En RDC, une campagne de sensibilisation pour les éducateurs d’enfants à la Convention sur les droits de l’enfant

Cette campagne qui s’est étalée de septembre 2001 à mai 2002, à Lubumbashi, a été lancée par Francine Kyungu de l’association Agir Ensemble pour les droits de la femme.

Trois conférences débats ont été organisées en septembre 2001 (respectivement pour 160, 30 et 65 participants) à l’intention des jeunes de l’Eglise protestante des villes de Lubumbashi et Kipushi.

Les médias ont été utilisés afin de sensibiliser la population (2 émissions télé en décembre 2001 et 4 émissions radio en janvier et février 2002).

La seconde phase est en cours et porte sur la formation de l’encadrement des mouvements de jeunes de la paroisse catholique Saint Martin et des responsables de la coordination des écoles conventionnelles.

- A Lubumbashi, une formation relative à la lutte contre la torture à 20 enseignants du secondaire

Cette formation, assurée par Florence Ngoy Matete de l’ACAT, s’est tenue au sein du complexe scolaire Epiphanie I de Lubumbashi, les 9 et 10 février 2002.

Les objectifs poursuivis étaient d’outiller les enseignants sur les notions de la Convention contre la torture, instaurer une culture de la paix, et de la non violence et lutter contre la torture.

- Au Sénégal, un séminaire destiné aux enseignants

L’Abbé Jean-Marie Ndour, membre de Caritas Sénégal, a mis en oeuvre ce sémainaire.

Ainsi, le mercredi 20 mars 2002, au collège du Sacré-Coeur, 32 enseignants de 8 collèges différents ont partagé leurs expériences en discutant de sujets tels que l’urgence d’une éducation aux droits de l’homme, des cas de violence et d’intolérance à l’école.

La session devrait permettre d’enseigner aux enfants et aux jeunes qui fréquentent le système scolaire, les valeurs des droits de l’homme.

- Au Togo, formation aux concepts fondamentaux des droits de l’homme et des instruments nationaux et internationaux s’y rapportant.

Ce séminaire de formation, orchestré par Ohini Kwao Sanvee, s’adressait aux enseignants des écoles confessionnelles et aux moniteurs d’écoles du dimanche.

La formation, en lien avec la Communauté évangélique d’action apostolique en mission (CEVAA), a eu lieu les 22 et 23 février 2002 à la salle de réunion de l’Eglise méthodiste Salem de Hanoukopé à Lomé.

Elle a regroupé 16 participants venus des Eglises Méthodistes et Catholiques du Togo. La formation a abouti à la création d’une association des éducateurs professionnels.


- Formation d’une population ciblée

- Session 2001/2002 du Cycle NK


Qui sommes nous ?
Equipe
Réseau des ACAT
Statuts
Finances
Comprendre
La torture
La peine de mort
Les disparitions forcées
La justice internationale
Instances internationales
Position des Eglises
Tableau des ratifications par pays
Frise chronologique
Cartographies
Agir
Auprès des instances internationales
Avec les Coalitions
Formations
Comment agir ?
S’informer
Rapports d’activités
Rapports
Le bulletin ’Fiacat Info’
Ressources documentaires
Ressources théologiques
Liens
Espace Presse

Contact - Liens
FIACAT - 27, rue de Maubeuge - 75009 Paris — France - Tél.: +33 (0)1 42 80 01 60 - Réalisation site : Epistrophe