Accueil du site > S’informer > Le bulletin ’Fiacat Info’ > fiacat.info n° 77 - Décembre 2011

fiacat.info n° 77 - Décembre 2011

décembre 2011

[English] [français]

Le bulletin FIACAT Info n° 77 contient des informations sur les activités de la FIACAT et des ACAT durant le deuxième semestre 2011.

Éditorial :
L’abolition de la peine de mort au cœur du mandat de la FIACAT

Comme chaque année, les membres du réseau de la FIACAT se sont fortement engagés lors de la 9ème Journée mondiale contre la peine de mort qui avait pour thème le caractère cruel, inhumain et dégradant de la peine de mort. A titre d’exemple, les ACAT ont organisé ou participé à des tables rondes et des débats sur le caractère inhumain de la peine de mort (Bénin, Madagascar, Luxembourg, Niger, République centrafricaine), des visites à des condamnés à mort (Burkina Faso), la création d’un « village de l’abolition » à Paris (France) ou la signature de la pétition proposée par la Coalition mondiale contre la peine de mort.

Pour la FIACAT, considérer la peine de mort comme un traitement cruel, inhumain et dégradant ne suffit pas. Il nous parait impératif de déclarer la peine de mort, en soi, comme illégale en droit international pour la faire interdire purement et simplement. Néanmoins, au même titre que le moratoire sur les exécutions capitales, cela peut constituer une étape sur la route qui mène à l’abolition universelle. L’expérience de ces dernières années montre qu’une politique dite des « petits pas » est souvent mieux acceptée par les États ; elle permet de limiter progressivement le champ d’application de la peine de mort et de préparer l’opinion publique à en accepter l’abolition.

Le Synode des évêques africains qui s’est tenu à Rome en 2009 a fait des recommandations en ce sens. Parmi les 57 propositions issues de cette assemblée, la recommandation 55 plaide pour l’abolition universelle de la peine capitale. Les évêques africains ont, en effet, affirmé que « La dignité de la personne exige que ses droits fondamentaux soient respectés quand bien même il ne respecterait pas les droits des autres. La peine capitale empêche un tel but. Parfois, la peine de mort est utilisée pour éliminer les opposants politiques. Par ailleurs, les pauvres gens qui ne peuvent pas se défendre sont plus facilement soumis à cette punition définitive sans appel. Le Synode appelle à l’abolition totale et universelle de la peine de mort. »

Le Pape Benoît XVI a repris cette recommandation dans son Exhortation apostolique post-synodale Africae Munus, lors de sa visite au Bénin, du 18 au 20 novembre 2010. Il y « attire l’attention des responsables de la société sur la nécessité de faire tout ce qui est possible pour arriver à l’élimination de la peine capitale, ainsi que sur la réforme du système pénal pour que la dignité humaine du prisonnier soit respectée ».

La FIACAT ne peut que se féliciter de cette prise de position en faveur de l’abolition de la peine de mort et pour l’abolition des traitements inhumains à l’égard des prisonniers. Elle invite donc toutes les ACAT, ainsi que les Églises et les congrégations religieuses, à s’approprier ces recommandations pour développer leurs activités en faveur de la prévention de la torture en détention et en faveur de l’abolition de la peine de mort.

Bernadette Jung
Membre du Bureau international de la FIACAT et membre du Conseil d’administration de l’ACAT Allemagne

Qui sommes nous ?
Equipe
Réseau des ACAT
Statuts
Finances
Comprendre
La torture
La peine de mort
Les disparitions forcées
La justice internationale
Instances internationales
Position des Eglises
Tableau des ratifications par pays
Frise chronologique
Cartographies
Agir
Auprès des instances internationales
Avec les Coalitions
Formations
Comment agir ?
S’informer
Rapports d’activités
Rapports
Le bulletin ’Fiacat Info’
Ressources documentaires
Ressources théologiques
Liens
Espace Presse

Contact - Liens
FIACAT - 27, rue de Maubeuge - 75009 Paris — France - Tél.: +33 (0)1 42 80 01 60 - Réalisation site : Epistrophe