Accueil du site > Archives > Cycle de formation 1997-1998 > Éducation aux droits de l’Homme et formation en milieu scolaire et (...)

Éducation aux droits de l’Homme et formation en milieu scolaire et universitaire

janvier 1998

Éducation aux droits de l’Homme et formation en milieu scolaire et universitaire.

Classes primaires :

- A Madagascar, Soeur Ranirina Vololomboahangy (qui n’a pas pu être présente à la session de Yaoundé 98) a rassemblé autour d’elle 43 enfants avec lesquels de septembre à juin 98, elle a organisé des rencontres mensuelles sur les droits de l’enfant (organisation d’une exposition, leçons d’instruction civique, jeux éducatifs...).

Pour préparer le mois de l’enfance en juin, les droits de l’enfant ont été traduits sous forme de chant et les enfants, après s’être entraînés quotidiennement, ont chanté en public (notamment lors de conférences ou prières organisées par l’ACAT).

- Au Bénin, Prudence Abitije a choisi de promouvoir les droits de l’enfant en sensibilisant les enseignants des écoles primaires de Cotonou lors de séances d’IEC (Information et communication).

Après avoir informé les autorités locales et scolaires du bien fondé du projet, il a organisé durant 7 mois, des séances d’animation tous les mercredi après-midi (14h-19h). Bien qu’environ 30 % des enseignants se soient absentés totalement ou partiellement lors de ces séances, on peut saluer le fait que 15 centres scolaires aient pu bénéficier de cette formation.

- Au Tchad, Irénée Djerambete et Daniel Passalet ont assuré une formation aux droits de l’Homme à l’école normale des instituteurs de N’Djamena. Cette discipline a été enseignée dans le cadre du cours de civisme pour les 3 années de formation.

Collèges / Lycées :

- En Côte d’Ivoire, deux projets ont été menés au niveau des collèges / lycées.

Le premier, à Abidjan, mené par le pasteur Jean-Marc Athangba, concernait les élèves du Cours Secondaire Protestants de Cocody (inscription d’un cours d’éducation à la paix par la formation aux droits de l’Homme dans son programme d’instruction religieuse et morale). Ce cours sera dispensé durant 2 années scolaires.

En 1997/98, une initiation aux droits de l’Homme a été donnée aux élèves de 3 classes (6ème et seconde). Abordée de façon ludique (jeux de rôle), le cours n’en était pas moins obligatoire et sanctionné par des interrogations écrites et orales. Pendant le second semestre, un groupe ACAT a été créé et pour les élèves qui le souhaitaient, une formation particulière et permanente proposée en dehors des cours.

Alin Sande a, sous l’égide de l’ACAT Côte d’Ivoire (groupe de Korhogo, au nord du pays), élaboré un manuel d’éducation aux droits de l’Homme en milieu scolaire (compte rendu des activités entreprises par le club des droits de l’Homme créé au Lycée Moderne de Korhogo).

Parmi les activités menées, on peut citer :

1) L’étude du réglement intérieur du lycée qui a permis aux élèves de connaître leurs droits et devoirs au sein de l’établissement (avec propositions de modification dudit réglement à l’administration),

2) Définition des droits de l’enfant, des droits de la femme (ateliers / prospectus de sensibilisation),

3) Rencontre avec la Croix Rouge (avec projection de film),

4) Visite à la prison de Korhogo et discussion avec les détenus mineurs, 5) concours de poèmes, pièces de théâtre, nouvelles et dessins.

Université :

- Au Cameroun, le travail d’Etienne Zikra et Jean-Robert Gablom (ACAT Cameroun) a porté sur la formation aux droits de l’Homme d’une vingtaine d’étudiants réunis au sein d’une association dénommée Cercle des Étudiants de Tokombéré à Yaoundé (CETY).

Agés de 21 à 27 ans, ces étudiants sont dans des filières diverses, de différentes religions et ethnies. La formation a comporté trois phases : "de la nécessité de la loi", "la torture" et "Connaissance de quelques organisations et instances internationales de promotion des droits de l’Homme".

Chaque phase se déroulait de la façon suivante  : exposé, jeu de rôle et témoignage-débat.

Parmi les difficultés rencontrées, il a été souligné "une relative banalisation des échanges par certains inscrits qui croient que les droits de l’Homme sont une affaire importée".

Un autre projet en milieu universitaire a été mené par Raphaël Semporé du Burkina Faso. Professeur à l’Ecole Nationale de Police, il a donné un cours aux assistants de 1ère année sur les droits de l’Homme et le droit international humanitaire.


- Campagne de sensibilisation et formation "grand public"

- Formation d’une population ciblée

- Session 1997/1998 du Cycle NK


Qui sommes nous ?
Equipe
Réseau des ACAT
Statuts
Finances
Comprendre
La torture
La peine de mort
Les disparitions forcées
La justice internationale
Instances internationales
Position des Eglises
Tableau des ratifications par pays
Frise chronologique
Cartographies
Agir
Auprès des instances internationales
Avec les Coalitions
Formations
Comment agir ?
S’informer
Rapports d’activités
Rapports
Le bulletin ’Fiacat Info’
Ressources documentaires
Ressources théologiques
Liens
Espace Presse

Contact - Liens
FIACAT - 27, rue de Maubeuge - 75009 Paris — France - Tél.: +33 (0)1 42 80 01 60 - Réalisation site : Epistrophe