Accueil du site > S’informer > Espace Presse > Communiqués et déclarations > Détérioration de la situation au Burundi : déclaration de l’ACAT-Burundi,

Détérioration de la situation au Burundi : déclaration de l’ACAT-Burundi, de l’ACAT-France et de la FIACAT

avril 2008

Détérioration de la situation au Burundi : déclaration de l’ACAT-Burundi,

de l’ACAT-France et de la FIACAT

L’Action des chrétiens pour l’abolition de la torture - Burundi (ACAT-Burundi), France (ACAT-France) et la Fédération internationale de l’ACAT (FIACAT) sont gravement préoccupées par le risque de reprise du conflit au Burundi et des conséquences négatives que cela pourrait avoir sur le processus de paix actuel ainsi que sur la situation générale des droits de l’homme dans le pays.
Depuis le 17 avril 2008, les combattants du PALIPEHUTU-FNL (Forces nationales de libération (FNL) ont lancé une offensive militaire sur Bujumbura et dans certaines provinces rurales, occasionnant un regain d’insécurité pour les populations civiles qui y vivent.
Les affrontements ne cessent de faire chaque jour des victimes. En une semaine, ils ont fait des dizaines de morts et de blessés et déplacé plusieurs milliers de personnes.
La capitale Bujumbura a subi des bombardements nocturnes à plusieurs reprises, occasionnant des dégâts matériels importants, dont notamment la destruction d’une partie de la représentation du Vatican, le 22 avril dernier.
Les FNL et le gouvernement se rejettent mutuellement la responsabilité de la reprise des hostilités, résultat de dissensions importantes à propos de l’application de l’accord de cessez-le-feu signé le 7 septembre 2006 en Tanzanie.
La reprise des hostilités a ravivé le spectre de la guerre au sein de la population et fait réapparaître la peur alors que le peuple burundais aspire à la paix.
Le peuple burundais a suffisamment souffert et ne pourra pas supporter la reprise de la guerre. Il revient donc à chaque partie au conflit de surpasser la suspicion et la méfiance du camp adverse et d’adopter une attitude de tolérance et de dialogue, afin de faire prévaloir l’intérêt général de reconstruction et de développement du Burundi.

L’ACAT-Burundi, l’ACAT-France et la FIACAT exhortent en conséquence les belligérants à :

- mettre un terme aux affrontements et bombardements et à respecter scrupuleusement le cessez-le-feu conclu le 7 septembre 2006 ;

- garantir en toutes circonstances la sécurité des populations civiles ;

- reprendre immédiatement le dialogue, notamment dans le cadre du mécanisme conjoint de vérification et de suivi du cessez-le-feu.

L’ACAT-Burundi, l’ACAT-France et la FIACAT appellent tous les acteurs politiques burundais à la retenue, au dialogue et à la concertation.

L’ACAT-Burundi, l’ACAT-France et la FIACAT demandent à la communauté internationale de :

- tout entreprendre pour une cessation immédiate des hostilités et pour que les belligérants reprennent des pourparlers de paix sans délais, le cas échéant en envisageant des sanctions économiques et autres.

Contacts :
ACAT-Burundi
Tél : 00 (257) 82 96 90 - acatburundi@yahoo.fr
ACAT-France
Tél : 00 (33) 1 40 40 02 11 - clement.boursin@acatfrance.fr
FIACAT
Tél : 00 (33) 1 42 80 01 60 - fiacat@fiacat.org


Qui sommes nous ?
Equipe
Réseau des ACAT
Statuts
Finances
Comprendre
La torture
La peine de mort
Les disparitions forcées
La justice internationale
Instances internationales
Position des Eglises
Tableau des ratifications par pays
Frise chronologique
Cartographies
Agir
Auprès des instances internationales
Avec les Coalitions
Formations
Comment agir ?
S’informer
Rapports d’activités
Rapports
Le bulletin ’Fiacat Info’
Ressources documentaires
Ressources théologiques
Liens
Espace Presse

Contact - Liens
FIACAT - 27, rue de Maubeuge - 75009 Paris — France - Tél.: +33 (0)1 42 80 01 60 - Réalisation site : Epistrophe