Déclaration orale de la FIACAT et de l’ACAT Cameroun, HRC 11

juin 2009

[English] [français]

FIACAT’oral statement
HRC 11 - Consideration of UPR reports : Cameroun

Monsieur le Président,

La Fédération Internationale de l’Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture (FIACAT) et l’ACAT Cameroun saluent les réponses apportées par le Cameroun au rapport du groupe de travail.

Nos organisations félicitent le Cameroun pour son engagement d’accélérer la réforme de son système judiciaire afin d’assurer aux personnes détenues une procédure équitable et enfermée dans des délais raisonnables.

La FIACAT rappelle que dans les prisons centrales de Douala et de Yaoundé, 85% des personnes détenues le sont en détention préventive. La plupart des détenus ne connaissent pas les raisons de leur détention et n’ont jamais vu un juge.

La FIACAT et l’ACAT Cameroun rejoignent le Nigeria sur le besoin absolu de faire respecter les droits des personnes privées de liberté et ce, dès leur arrestation.

A ce titre, nos organisations espèrent que le Cameroun prendra les mesures nécessaires pour que dans la pratique, les détenus aient un accès aux soins et puissent recevoir la visite de leur famille.

Nos organisations saluent les remarques de l’Algérie et de la France concernant la nécessité d’améliorer les conditions de détention afin que celles-ci soient compatibles avec les standards internationaux.

Nous soutenons les recommandations de certaines délégations demandant au Cameroun que la réforme du système judiciare prévue soit complétée par une législation adéquate qui permettrait d’éradiquer la corruption.

Nos organisations saluent les mesures prises par le Cameroun en ce sens, notamment la création d’une Commission Nationale anti-corruption, mais s’inquiètent de la persistance de ce phénomène. La corruption gangrène en effet l’ensemble du système camerounais et notamment le système carcéral.

La FIACAT et l’ACAT Cameroun partagent les préoccupations des Pays-Bas et de l’Argentine sur la récurence des cas de torture en prison. La torture est encore pratiquée par les gardiens de prison mais également dès le stade de l’arrestation et lors des interrogatoires.

La lutte contre la torture ne peut pas être efficace sans une sensibilisation aux droits de l’Homme des différents acteurs concernés en amont et la lutte contre l’impunité en aval.

Elles se joignent donc aux recommandations de différentes délégations pour demander au Cameroun de poursuivre et sanctionner les auteurs de violences et de traitements inhumains et dégradants.

Merci.


- Voir l’intervention orale en ligne


Qui sommes nous ?
Equipe
Réseau des ACAT
Statuts
Finances
Comprendre
La torture
La peine de mort
Les disparitions forcées
La justice internationale
Instances internationales
Position des Eglises
Tableau des ratifications par pays
Frise chronologique
Cartographies
Agir
Auprès des instances internationales
Avec les Coalitions
Formations
Comment agir ?
S’informer
Rapports d’activités
Rapports
Le bulletin ’Fiacat Info’
Ressources documentaires
Ressources théologiques
Liens
Espace Presse

Contact - Liens
FIACAT - 27, rue de Maubeuge - 75009 Paris — France - Tél.: +33 (0)1 42 80 01 60 - Réalisation site : Epistrophe