Accueil du site > S’informer > Espace Presse > Communiqués et déclarations > [Communiqué] Violations des droits de l’homme en République (...)

[Communiqué] Violations des droits de l’homme en République centrafricaine

avril 2013

[English] [français]

Paris, Bangui, le 18 avril 2013 – Depuis le coup d’État du 24 mars 2013, la FIACAT et l’ACAT RCA constatent que la situation des droits humains en République centrafricaine est de plus en plus préoccupante.

Des actes planifiés et ciblés de violations des droits humains se sont généralisés, tant à Bangui que dans certaines villes des provinces, et ont entrainé des assassinats, des viols des femmes et des jeunes filles, des actes de tortures et des mauvais traitements, des pillages, des enlèvements, des arrestations arbitraires et des extorsions de fonds. Ces violations des droits de l’homme sont perpétrées par certains éléments de la Séléka.

La FIACAT et l’ACAT RCA sont également préoccupées par la création par ordonnance du Gouvernement de transition, le 6 avril, d’un Conseil supérieur de transition en l’absence de concertations préalables. Cet organe sera chargé par décret d’élire le Président de la République pour un mandat de 18 mois, de rédiger un avant-projet de Constitution et d’assumer les prérogatives législatives. La FIACAT et l’ACAT RCA regrettent que la composition du Conseil supérieur de transition n’ait pas respecté l’esprit de l’Accord de Libreville de janvier 2013 et les Recommandations issues du Sommet extraordinaire des Chefs d’État et de gouvernement de la CEEAC qui a eu lieu à N’djamena le 3 avril 2013. Elles regrettent que le Gouvernement de transition ait modifié unilatéralement la liste des représentants de la société civile.

Pour ces différentes raisons, la FIACAT et l’ACAT RCA demandent au Président de la République, au Ministre de la défense et au Gouvernement d’Union nationale :

- de prendre des mesures d’urgence pour assurer la sécurité des personnes et des biens et d’engager des poursuites judiciaires contre les auteurs de ces exactions ;
- de procéder au désarmement et au cantonnement immédiat des éléments de la Séléka ;
- de recomposer le Conseil supérieur de transition en respectant les engagements pris à Libreville et janvier 2013 et à N’Djamena en avril.

La FIACAT et l’ACAT RCA demandent également aux forces de la FOMAC et aux forces françaises présentes en RCA de protéger les populations civiles sans distinction et de procéder à l’organisation des patrouilles mixtes pour assurer la sécurité des personnes et des biens sur l’ensemble du territoire national.

Contact presse :
- FIACAT : Guillaume Colin – g.colin@fiacat.org – +33 (0)1 42 80 01 60
- ACAT RCA : Bruno Hiacynthe Gbiegba – acat_rca@yahoo.fr – +236 72 50 72 27

Qui sommes nous ?
Equipe
Réseau des ACAT
Statuts
Finances
Comprendre
La torture
La peine de mort
Les disparitions forcées
La justice internationale
Instances internationales
Position des Eglises
Tableau des ratifications par pays
Frise chronologique
Cartographies
Agir
Auprès des instances internationales
Avec les Coalitions
Formations
Comment agir ?
S’informer
Rapports d’activités
Rapports
Le bulletin ’Fiacat Info’
Ressources documentaires
Ressources théologiques
Liens
Espace Presse

Contact - Liens
FIACAT - 27, rue de Maubeuge - 75009 Paris — France - Tél.: +33 (0)1 42 80 01 60 - Réalisation site : Epistrophe