Accueil du site > S’informer > Espace Presse > Communiqués et déclarations > [Communiqué] Les défenseurs des droits de l’Homme intimidés en (...)

[Communiqué] Les défenseurs des droits de l’Homme intimidés en RDC

juillet 2013

[English] [français]

Paris et Kinshasa, le 2 juillet 2013 - La Fédération internationale des ACAT (FIACAT) et l’ACAT RDC sont sérieusement préoccupées par les intimidations dont font l’objet les défenseurs des droits de l’Homme en RDC et notamment le Secrétaire général de l’ACAT RDC Maître Michel KALEMBA NGALAMULUME.

Maître Michel KALEMBA NGALAMULUME, fait partie d’un collectif de trois avocats qui défend le brigadier en chef BAYADA ABURO, arrêté le 27 février 2011 à Kinshasa, qui aurait été torturé à l’ANR et déféré ensuite devant le juge au motif qu’il avait pris part active au mouvement qui avait attaqué la base logistique du camp Kokolo et la base aérienne de Ndolo.

Le 28 juin 2013, à 16h27 alors que Maître Michel KALEMBA NGALAMULUME rentrait de l’audience qui a eu lieu à la Prison Centrale de Makala, où la Cour Militaire de la Gombe siégeait dans l’affaire qui oppose le Ministère Public au brigadier en chef BAYADA ABURO, il a reçu un SMS contenant des menaces de mort énoncées en ces termes : « Tu n’échapperas pas ce jour car nous connaissons ta résidence ainsi que celle de ta mère à dé bonhomme. Tu es très zélé pour le dossier ABURO et tu nous a indexé mais nous te tuerons comme une vache et personne ne te sauvera aujourd’hui. » (Tél. : 24389614165). Le 30 juin à 9h00, l’épouse de Maître Kalemba a également reçu un SMS du même numéro de téléphone, qui est le numéro d’une plateforme d’appels que l’on ne peut pas joindre. Ce dernier SMS la mettait en garde et l’avertissait du danger que courait son mari s’il continuait à défendre son client.

L’ACAT RDC a immédiatement saisi le barreau de Kinshasa et a alerté la MONUSCO de ces agissements.

Pour la FIACAT, le rôle de la société civile dans la transition vers un État de droit au sein duquel les droits de chacun sont respectés et où l’impunité n’a pas sa place est primordial. Les droits de la défense sont des droits fondamentaux dans tout état de droit. La société civile congolaise doit pouvoir exercer librement ses activités pour jouer un rôle moteur dans cette transition.

La FIACAT et l’ACAT RDC rappellent que l’article 12 §2 de la Déclaration sur les Défenseurs des Droits de l’Homme adoptée par l’Assemblée générale des Nations Unies le 9 décembre 1998 prévoit que : « l’Etat prend toutes les mesures nécessaires pour s’assurer que les autorités compétentes protègent toute personne, individuellement ou en association avec d’autres, de toute violence, menace, représailles, discrimination de facto ou de jure, pression ou autre action arbitraire dans le cadre de l’exercice légitime des droits visés dans la présente Déclaration » .

A ce titre, la FIACAT et l’ACAT RDC exigent que les autorités congolaises prennent toutes les mesures nécessaires pour assurer, en toutes circonstances, l’intégrité physique et psychologique de tous les défenseurs des droits de l’Homme au Congo et notamment de Maître Michel KALEMBA NGALAMULUME et mettent fin à toutes formes de menace et d’intimidation.

Contact presse :
- Sabrina Bignier : +331 42 80 01 60 – saa@fiacat.org

Qui sommes nous ?
Equipe
Réseau des ACAT
Statuts
Finances
Comprendre
La torture
La peine de mort
Les disparitions forcées
La justice internationale
Instances internationales
Position des Eglises
Tableau des ratifications par pays
Frise chronologique
Cartographies
Agir
Auprès des instances internationales
Avec les Coalitions
Formations
Comment agir ?
S’informer
Rapports d’activités
Rapports
Le bulletin ’Fiacat Info’
Ressources documentaires
Ressources théologiques
Liens
Espace Presse

Contact - Liens
FIACAT - 27, rue de Maubeuge - 75009 Paris — France - Tél.: +33 (0)1 42 80 01 60 - Réalisation site : Epistrophe