Accueil du site > S’informer > Espace Presse > Communiqués et déclarations > [Communiqué] 26 juin 2012 : Journée internationale en soutien aux victimes (...)

[Communiqué] 26 juin 2012 : Journée internationale en soutien aux victimes de la torture

juin 2012

Starsbourg, le 26 juin 2012 – à l’occasion de la Journée internationale en soutien aux victimes de la torture, la FIACAT a organisé une réunion au Palais du Conseil de l’Europe, en collaboration avec l’ACAT France, le Comité européen pour la prévention de la torture (CPT) et la Présidente de la Commission droits de l’homme du Conseil de l’Europe, afin de rappeler que la torture est toujours pratiquée de façon importante à travers le monde.

Si l’on se réfère à l’article 5 de la Déclaration universelle des Droits de l’homme, « Nul ne sera soumis à la torture, ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants », les Etats signataires auraient dû arrêter de perpétrer de tels actes depuis longtemps. Pourtant la Présidente de la Fédération international de l’Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture (FIACAT), Mme Sylvie Bukhari-de Pontual, a rappelé « qu’aujourd’hui, un pays sur deux utilise encore la torture ».

C’est à partir de ce constat que l’ACAT France a publié son deuxième rapport Un monde tortionnaire (http://www.unmondetortionnaire.com) paru en décembre 2011. Cet ouvrage fait état de la situation de la torture dans 23 pays. Il rappelle également que les causes de torture et les méthodes utilisées sont diverses et subsistent partout dans le monde.

Ce rapport fait notamment référence à trois Etats européens qui pratiquent toujours la torture (la Bosnie-herzegovine, la Moldavie et le Royaume-Uni) car « l’Europe n’est pas un espace sans torture » comme l’a mentionné Johan Friestedt, juriste et administrateur au Comité européen pour la prévention de la torture et des peines ou traitements inhumains ou dégradants (CPT).

La torture ne s’arrête pas aux portes de l’Europe. C’est pourquoi la FIACAT a décidé de réaliser cet événement au sein même du Conseil de l’Europe pendant la session de son Assemblée parlementaire afin d’alerter les Etats européens sur la situation et leurs rappeler qu’ils sont aussi les garants de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales qui fait référence, à son article 3, à ce droit interrogeable.

La FIACAT et le réseau des ACAT s’engagent donc aux côtés de nombreux acteurs de la société civile à ce que les victimes soient entendues, les bourreaux condamnés et pour que cesse ce sentiment d’impunité. François Walter, Président de l’ACAT France a, par ailleurs, évoqué le fait que le réseau des ACAT s’emploie à faire que « les hommes de cette Terre passent d’un sentiment d’indifférence à un sentiment d’indignation » lorsqu’il s’agit de tels actes. Dans cette optique, de nombreuses ACAT se sont rassemblées dans la nuit du 23 au 24 juin, lors de la Nuit des veilleurs (http://www.nuitdesveilleurs.fr), pour soutenir par leurs prières ceux qui souffrent aux mains des bourreaux.

Contact presse :
- Sabrina Aït-Aoudia : +33 (0)1 42 80 01 60, saa@fiacat.org

Qui sommes nous ?
Equipe
Réseau des ACAT
Statuts
Finances
Comprendre
La torture
La peine de mort
Les disparitions forcées
La justice internationale
Instances internationales
Position des Eglises
Tableau des ratifications par pays
Frise chronologique
Cartographies
Agir
Auprès des instances internationales
Avec les Coalitions
Formations
Comment agir ?
S’informer
Rapports d’activités
Rapports
Le bulletin ’Fiacat Info’
Ressources documentaires
Ressources théologiques
Liens
Espace Presse

Contact - Liens
FIACAT - 27, rue de Maubeuge - 75009 Paris — France - Tél.: +33 (0)1 42 80 01 60 - Réalisation site : Epistrophe