Accueil du site > Agir > Comment agir ? > Campagnes > CHINE : Immolations au Tibet

CHINE : Immolations au Tibet

janvier 2012

[English] [français]

Le 3 novembre 2011, Palden Choetso, une religieuse tibétaine de 35 ans, s’est aspergée d’essence devant son monastère de Tawu, dans le Tibet oriental (province chinoise du Sichuan), et s’est immolée par le feu.

Depuis le mois de mars dernier, au moins 13 religieuses, moines et anciens moines tibétains ont ainsi manifesté leur désespoir face à la répression de plus en plus dure menée par les autorités chinoises contre leur peuple. Sept d’entre eux, dont Palden Choetso, en sont morts. D’autres ont été arrêtés, emmenés, et ont disparu depuis, et leur état de santé reste inconnu.

Pour les Tibétains, l’immolation est un sacrifice particulièrement terrible qui révèle l’ampleur de leur désespoir car leurs croyances leur enseignent que le suicide a un impact dévastateur sur le cycle des réincarnations et peut les ramener en arrière de 500 vies.

Le gouvernement chinois doit s’attaquer aux causes de ce mouvement de protestation au lieu de recourir à des mesures encore plus autoritaires qui se traduisent par un très grand nombre d’arrestations, d’incarcérations et même d’homicides de la part des forces de sécurité. Parmi les personnes arrêtées figurent 300 moines du monastère de Kirti, que les autorités ont dit avoir envoyés suivre un programme d’« éducation patriotique ».

L’endoctrinement politique obligatoire auquel sont soumis les religieuses et les moines tibétains dans le cadre de ces programmes porte violemment atteinte à leur liberté d’expression et au libre exercice de leur religion. Il s’accompagne d’une présence massive des forces de sécurité à l’intérieur et autour des institutions religieuses, véritable siège autour des monastères. Équipés de mitrailleuses, les soldats chinois battent les moines et les font disparaître de force et vont jusqu’à tuer les personnes âgées qui les défendent. L’accès à la région est sévèrement limité pour empêcher une évaluation d’ensemble de l’ampleur des violations des droits de l’homme.

Il est urgent de mettre un terme à ces politiques répressives qui restreignent les libertés fondamentales des Tibétains, notamment leur droit à pratiquer leur religion et à jouir de leur culture, droits qui sont d’ailleurs inscrits dans la Constitution de la République populaire de Chine. Le gouvernement chinois doit absolument accepter le dialogue proposé par le Dalaï Lama depuis tant d’années et se mettre enfin à l’écoute des requêtes des Tibétains.

Qui sommes nous ?
Equipe
Réseau des ACAT
Statuts
Finances
Comprendre
La torture
La peine de mort
Les disparitions forcées
La justice internationale
Instances internationales
Position des Eglises
Tableau des ratifications par pays
Frise chronologique
Cartographies
Agir
Auprès des instances internationales
Avec les Coalitions
Formations
Comment agir ?
S’informer
Rapports d’activités
Rapports
Le bulletin ’Fiacat Info’
Ressources documentaires
Ressources théologiques
Liens
Espace Presse

Contact - Liens
FIACAT - 27, rue de Maubeuge - 75009 Paris — France - Tél.: +33 (0)1 42 80 01 60 - Réalisation site : Epistrophe