Accueil du site > Archives > Luxembourg > Appel du mois > Archives > Appel du mois - Octobre 2010

Appel du mois - Octobre 2010

octobre 2010

CHINE

Infecté par le VIH et emprisonné

TIAN XI, un diplômé de l’université de 23 ans, a été contaminé par le VIH/sida à l’âge de neuf ans lors d’une transfusion sanguine. Depuis des années, avec son père Tian Demin, il se bat pour que des indemnités soient versées aux personnes infectées par le VIH en raison de défaillances imputables à l’État. Dans les années 1990, de nombreuses personnes ont contracté le VIH en vendant leur sang, surtout dans la province du Henan, où les centres de collecte étaient souvent peu respectueux des normes sanitaires.

Le 2 août 2010, Tian Xi a cherché à s’entretenir avec le directeur de l’hôpital où il a été contaminé. Celui-ci l’a repoussé physiquement et, pris de colère, Tian Xi a fait tomber des objets de son bureau. Deux semaines plus tard, 20 policiers et personnes en blouse blanche ont arrêté le jeune homme à son domicile, dans le comté de Xincai, province du Henan. Le 23 août, il a été officiellement inculpé de « dégradation intentionnelle de biens », s’agissant des objets tombés du bureau du directeur de l’hôpital.

Le 8 juillet, Tian Xi se trouvait à Pékin et se préparait à présenter un documentaire dont il est le sujet lors d’une rencontre organisée par un groupe de sensibilisation au VIH/sida, l’Institut Aizhixing de Pékin. Aizhixing est un jeu de mots à partir de l’expression chinoise signifiant VIH/sida (« Aizibing »), dans lequel le mot « maladie » est remplacé par le mot « action ». L’organisation fait pression sur les autorités chinoises pour que les personnes séropositives soient mieux soignées et pour que les responsables des contaminations liées à des erreurs médicales soient amenés à rendre des comptes. Les membres du personnel d’Aizhixing, comme tous ceux qui luttent contre le VIH/sida en Chine, sont très souvent l’objet d’actes de harcèlement, au point que le directeur de l’organisation a quitté la Chine en mai 2010, lassé d’être constamment arrêté par la police.

Les forces de l’ordre ont annulé la projection du film, qui présente Tian Xi comme un exemple positif de personne vivant avec le VIH/sida. La police a mis en garde l’auteur du documentaire, affirmant que ce film constituait un danger potentiel pour la stabilité sociale parce qu’il risquait de troubler le public. Tian Xi a été détenu pendant six heures et menacé de représailles s’il participait à toute manifestation publique sur le VIH/sida.

Il est actuellement en détention et, selon son avocat, il ne bénéficierait pas de tous les soins médicaux dont il a besoin. Ses parents ne sont pas autorisés à lui rendre visite ni à lui remettre les médicaments qu’il doit prendre régulièrement. Il se pourrait qu’il subisse des actes de torture ou d’autres mauvais traitements.

Traduction de la lettre

Monsieur le Premier ministre,

L’organisation de défense des droits de l’homme ACAT à Luxembourg (Action des chrétiens pour l’abolition de la torture) m’informe de l’arrestation, le 17 août au soir, à son domicile du comté de Xincai, province du Henan, de : TIAN XI

Ce jeune homme de 23 ans, militant engagé dans la lutte contre le VIH/sida, a contracté le VIH, l’hépatite B et l’hépatite C par transfusion sanguine en 1996, alors qu’il était âgé de neuf ans. Depuis des années, avec l’aide de sa famille, il réclame en vain une indemnisation de la part des autorités et de l’hôpital où cette transfusion a été effectuée. Il défend en même temps les droits de toutes les autres personnes infectées par le VIH/sida en raison de défaillances imputables à l’État.

Tian Xi a été inculpé le 23 août pour « dégradation intentionnelle de biens » parce qu’il aurait fait tomber quelques objets du bureau du directeur de l’hôpital populaire numéro 1 du comté de Xincai. Il semblerait que son arrestation soit motivée par la volonté des autorités de mettre fin aux activités de défense des droits de l’homme du jeune militant.

Depuis qu’il est en détention, Tian Xi serait privé d’une partie des soins médicaux que son état de santé nécessite quotidiennement.

Je fais appel à votre haute autorité pour demander la libération immédiate et inconditionnelle de Tian Xi qui n’a commis aucun acte suffisamment grave pour justifier une sanction pénale. Je vous prie aussi d’apporter toutes les garanties que le jeune homme sera traité avec humanité en toutes circonstances et recevra tous les soins médicaux dont il a un besoin constant.

Enfin, j’exhorte les autorités chinoises à mettre un terme au harcèlement que subissent actuellement les associations et les personnes qui luttent contre le VIH/sida, avec de graves conséquences pour la prévention efficace de la maladie et l’accès à la santé des personnes contaminées.

En vous remerciant de bien vouloir prendre en compte mon appel, je vous prie de croire, Monsieur le Premier ministre, en l’expression de ma haute considération.

P.-S.

La lettre est adressée à WEN Jiabao, Premier ministre de la République populaire de Chine

Fax : 00 86 10 65961109

N’oubliez pas : vos nom et prénom, votre adresse, la date, votre signature.

Timbrez à 1,10 €

Ecrivez avant le 31 octobre 2010

Qui sommes nous ?
Equipe
Réseau des ACAT
Statuts
Finances
Comprendre
La torture
La peine de mort
Les disparitions forcées
La justice internationale
Instances internationales
Position des Eglises
Tableau des ratifications par pays
Frise chronologique
Cartographies
Agir
Auprès des instances internationales
Avec les Coalitions
Formations
Comment agir ?
S’informer
Rapports d’activités
Rapports
Le bulletin ’Fiacat Info’
Ressources documentaires
Ressources théologiques
Liens
Espace Presse

Contact - Liens
FIACAT - 27, rue de Maubeuge - 75009 Paris — France - Tél.: +33 (0)1 42 80 01 60 - Réalisation site : Epistrophe