Accueil du site > Archives > Luxembourg > Appel du mois > Archives > Appel du mois - Mars 2011

Appel du mois - Mars 2011

mars 2011

BELARUS

Des opposants arrêtés et torturés

« Il n’est pas normal qu’au XXIe siècle des personnes qui ne sont que des suspects et peuvent donc être acquittées soient détenues dans de telles conditions. » - Sergueï Vozniak après sa libération sous caution

Des militants et des journalistes bélarussiens, dont cinq candidats à l’élection présidentielle, ont été arrêtés et inculpés en raison de leur participation le 19 décembre à Minsk, à une manifestation organisée à la suite du scrutin présidentiel, pour protester contre la fraude électorale. Selon les résultats annoncés, Alexandre Lukachenko aurait été réélu avec un peu moins de 80% des voix.

Plusieurs des personnes arrêtées peuvent être considérées comme des prisonniers d’opinion, qui n’ont fait qu’exprimer pacifiquement leurs opinions politiques et doivent répondre d’accusations fabriquées de toutes pièces. Ils ne sont pas autorisés à avoir accès de manière adéquate à des avocats et à des médecins alors même que certains d’entre eux ont été grièvement blessés par la police antiémeute le jour de la manifestation.

Vladimir Neklaev, un candidat à l’élection présidentielle, a été blessé à la tête par des agents des forces de l’ordre alors qu’il se rendait à la manifestation. Des policiers l’ont ensuite traîné hors du service de soins intensifs d’un hôpital.

Andreï Sannikov, un militant bélarussien bien connu, ancien rédacteur en chef de Charter‘97, un site Internet d’information indépendant, et candidat de l’opposition à l’élection présidentielle, a été torturé en détention. Son avocat a déclaré que son client aurait des fractures aux jambes et que sa façon de parler et de se tenir laissait croire à des lésions cérébrales. Andreï Sannikov a absolument besoin de soins médicaux spécialisés pour éviter des séquelles irréversibles.

Son épouse, la journaliste Irina Khalip, qui se trouvait à ses côtés lors de son arrestation, et qui commentait l’événement en direct pour une station de radio russe, a été frappée au visage avant d’être arrêtée. Elle a finalement été autorisée, fin janvier, à rentrer chez elle auprès de son fils Danil et de ses parents.

Irina Khalip et Vladimir Neklaev, qui a aussi quitté la prison, sont actuellement maintenus en résidence surveillée dans des conditions équivalentes à un emprisonnement. Au moins 14 prisonniers d’opinion seraient toujours détenus et en danger d’être soumis à la torture ou à d’autres mauvais traitements.

Traduction de la lettre

Monsieur le Président,

L’organisation de défense des droits de l’homme Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (ACAT) au Luxembourg m’informe de l’arrestation de dizaines de militants et de journalistes de l’opposition, dont cinq candidats à l’élection présidentielle, en raison de leur participation à une manifestation pacifique le 19 décembre à Minsk. Beaucoup de ces personnes peuvent être considérées comme des prisonniers d’opinion dont la détention viole les droits fondamentaux à la liberté d’expression et de réunion. Ces droits sont pourtant garantis par le Pacte international relatif aux droits civils et politiques auquel votre pays est partie.

Certains de ces opposants auraient subi des mauvais traitements et même des tortures, en particulier Vladimir Nekliaev, blessé à la tête par des policiers lors de son arrestation, et Andrei Sannikov, dont l’état de santé est très préoccupant suite à ce qui semble être des actes de torture en détention.

J’appelle à la libération immédiate et inconditionnelle de tous les prisonniers d’opinion actuellement en détention ou placés en résidence surveillée, dont Andrei Sannikov, Vladimir Nekliaev, Alexei Mikhalevitch, Nikolai Statkevitch, Alyaksandr Atrochtchenkov, Pavel Severinets, Zmitser Bandarenka, Anatol Labedzka, Anastasia Palajanka, Alyaksandr Fedouta, Vladimir Kobets, Irina Khalip, Alyaksandr Arastovych et Serguei Martselov.

Je demande également aux autorités de votre pays de prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger toutes les personnes emprisonnées contre la torture et les mauvais traitements, enquêter de manière adéquate sur les allégations de recours disproportionné à la force de la part des forces de l’ordre lors de la manifestation du 19 décembre à Minsk, et sur l’usage de la torture et des mauvais traitements contre les personnes arrêtées à cette occasion.

En vous remerciant de bien vouloir considérer mon appel, je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de ma haute considération.

P.-S.

La lettre est adressée à
Alyaksandr LUKASHENKA, Président du Bélarus

Fax : 00375 17 226 06 10

N’oubliez pas :
vos nom et prénom, votre adresse, la date, votre signature

Timbrez à 1,10 €

Ecrivez avant le 31 mars 2011

Qui sommes nous ?
Equipe
Réseau des ACAT
Statuts
Finances
Comprendre
La torture
La peine de mort
Les disparitions forcées
La justice internationale
Instances internationales
Position des Eglises
Tableau des ratifications par pays
Frise chronologique
Cartographies
Agir
Auprès des instances internationales
Avec les Coalitions
Formations
Comment agir ?
S’informer
Rapports d’activités
Rapports
Le bulletin ’Fiacat Info’
Ressources documentaires
Ressources théologiques
Liens
Espace Presse

Contact - Liens
FIACAT - 27, rue de Maubeuge - 75009 Paris — France - Tél.: +33 (0)1 42 80 01 60 - Réalisation site : Epistrophe