Accueil du site > Archives > Luxembourg > Appel du mois > Archives > Appel du mois - Mai 2010

Appel du mois - Mai 2010

mai 2010

Territoires palestiniens occupés

La bande de Gaza asphyxiée

« Les habitants de Gaza ont comme tout le monde le droit de vivre dans la dignité, sans avoir à subir de discrimination ni de longues souffrances. Ils ne devraient pas être soumis à cette punition collective de longue durée que constitue le blocus » - Maxwell Gaylard, coordonnateur humanitaire des Nations unies pour les Territoires palestiniens occupés.

Depuis juin 2007, plus de 1,4 million d’hommes, de femmes et d’enfants palestiniens sont prisonniers de la bande de Gaza. Le blocus israélien limite l’entrée des biens de première nécessité comme les denrées alimentaires et le carburant, il interdit les exportations et prive les habitants de leurs moyens de subsistance, aggravant le chômage massif et l’extrême pauvreté. Il entraîne aussi des pénuries d’équipements médicaux et de médicaments. Les malades qui ne peuvent pas être soignés à Gaza doivent demander une autorisation pour recevoir des soins hors du territoire. Les autorités israéliennes tardent souvent à accorder ces autorisations, ou les refusent. Selon l’Organisation mondiale de la santé, au moins 28 patients sont morts en 2009 faute d’avoir obtenu à temps l’autorisation de sortir de Gaza pour des soins médicaux urgents.

L’offensive militaire israélienne « Plomb durci » entre le 27 décembre 2008 et le 18 janvier 2009 a fait au moins 1 383 morts chez les Palestiniens, dont des centaines de civils. Des milliers de maisons, les réseaux d’eau et d’électricité, des hôpitaux et des écoles ont été détruits ou gravement endommagés. Mais tant qu’Israël interdit l’entrée des matériaux de construction, les habitants de Gaza sont dans l’impossibilité de rebâtir leurs vies dévastées.

Les autorités israéliennes affirment imposer ce blocus en réponse aux attaques des groupes armés palestiniens, en particulier aux tirs de roquettes aveugles visant le sud d’Israël. En réalité, en limitant l’entrée des denrées alimentaires, des médicaments, du matériel scolaire et des matériaux de construction, Israël ne s’en prend pas aux responsables des tirs de roquettes mais punit collectivement toute la population de Gaza, composée en grande majorité d’enfants.

La situation est encore aggravée par l’attitude du gouvernement égyptien, qui maintient fermé le point de passage de Rafah entre l’Égypte et Gaza, et qui vient de lancer la construction d’un mur d’acier le long de la frontière pour interrompre le passage de marchandises en contrebande, véritable cordon ombilical de Gaza.

Néanmoins, en vertu du droit international humanitaire, c’est à Israël, en tant que puissance occupante, que revient la responsabilité première de garantir des conditions d’existence décentes aux habitants de Gaza.

P.-S.

La lettre est adressée à
Benjamin Netanyahu, Premier ministre

Fax : 00 972 2 566 4838

N’oubliez pas :
vos nom et prénom, votre adresse, la date, votre signature

Timbrez à 0,90 €

Ecrivez avant le 31 mai 2010

Qui sommes nous ?
Equipe
Réseau des ACAT
Statuts
Finances
Comprendre
La torture
La peine de mort
Les disparitions forcées
La justice internationale
Instances internationales
Position des Eglises
Tableau des ratifications par pays
Frise chronologique
Cartographies
Agir
Auprès des instances internationales
Avec les Coalitions
Formations
Comment agir ?
S’informer
Rapports d’activités
Rapports
Le bulletin ’Fiacat Info’
Ressources documentaires
Ressources théologiques
Liens
Espace Presse

Contact - Liens
FIACAT - 27, rue de Maubeuge - 75009 Paris — France - Tél.: +33 (0)1 42 80 01 60 - Réalisation site : Epistrophe