Accueil du site > Archives > Luxembourg > Appel du mois > Archives > Appel du mois - Décembre 2007 - Chine

Appel du mois - Décembre 2007 - Chine

décembre 2007

Victimes du projet olympique

« Les Jeux olympiques ont porté un coup terrible aux citoyens de base, ils ont bouleversé nos vies. C’est ce que nous pensons, mais nous ne pouvons pas le dire tout haut ».
Yu, un habitant du quartier historique de Qianmen, à Pékin

En avril 2001, lorsque Pékin a été choisi pour accueillir les Jeux olympiques de 2008, les autorités chinoises se sont engagées à améliorer la situation des droits de l’homme dans le pays. Pourtant, à quelques mois du commencement des Jeux, de graves violations des droits de la personne continuent d’être signalées à travers tout le territoire. Parmi les victimes de ces violations des droits de l’homme, beaucoup de militants, des journalistes, des avocats, ou de simples citoyens qui tentent de dénoncer les abus, dont certains sont directement liés aux Jeux olympiques et à la ville qui va les accueillir.

Á Pékin, de nombreuses familles ont été expulsées de force de leurs logements dans le cadre du programme de démolition et de reconstruction en vue des Jeux olympiques. La plupart n’ont pas bénéficié des garanties prévues par la loi et n’ont pas été indemnisées pour la destruction de leurs maisons, comme cela s’est fréquemment passé dans le quartier historique de Qianmen.

Le 18 décembre 2004, Ye Guozhu a été condamné à quatre ans de prison pour avoir « cherché querelle et troublé l’ordre public ». Il avait déposé une demande en bonne et due forme en vue d’organiser une manifestation avec d’autres victimes d’expulsions abusives. En 2003, la municipalité de Pékin avait démoli le restaurant dont il était propriétaire avec son frère, Ye Guoqiang, ainsi que leurs maisons, pour permettre la réalisation de travaux pour les Jeux olympiques. Leurs familles n’ont reçu aucun dédommagement.

Selon des informations dignes de foi, Ye Guozhu, actuellement détenu à la prison de Chaobai, a été torturé à plusieurs reprises. Il a été suspendu par les bras au plafond et frappé par des policiers avant son transfert en prison. Il souffre depuis de graves douleurs au dos. En 2005, il aurait été torturé pendant quatre mois dans une autre prison, apparemment parce qu’il refusait d’admettre sa « culpabilité » Il aurait notamment été frappé à coups de matraque électrique, soumis à des passages à tabac pendant une période « disciplinaire », forcé de se tenir de manière prolongée dans des positions douloureuses, attaché avec des menottes et des entraves aux chevilles, qui lui ont occasionné des blessures. Sa santé, déjà fragile avant son incarcération, s’est gravement dégradée suite à ces sévices. D’après nos renseignements, il ne reçoit pas les soins médicaux dont il aurait besoin.

Son fils de 25 ans, Ye Mingjun, et son frère Ye Guoqiang, 47 ans, viennent d’être à leur tour arrêtés par la police de Pékin, fin septembre, pour « incitation à la subversion ». Détenus au secret, ils risquent eux aussi de subir des tortures ou des mauvais traitements.

P.-S.

La lettre est adressée à
WEN Jiabao Guojia Zongli, Premier Ministre.

Fax : 00 86 10 6596 1109

N’oubliez pas :
vos nom et prénom, votre adresse, la date, votre signature.

Timbrez à 0,90 €

Ecrivez avant le 15 janvier 2007

Qui sommes nous ?
Equipe
Réseau des ACAT
Statuts
Finances
Comprendre
La torture
La peine de mort
Les disparitions forcées
La justice internationale
Instances internationales
Position des Eglises
Tableau des ratifications par pays
Frise chronologique
Cartographies
Agir
Auprès des instances internationales
Avec les Coalitions
Formations
Comment agir ?
S’informer
Rapports d’activités
Rapports
Le bulletin ’Fiacat Info’
Ressources documentaires
Ressources théologiques
Liens
Espace Presse

Contact - Liens
FIACAT - 27, rue de Maubeuge - 75009 Paris — France - Tél.: +33 (0)1 42 80 01 60 - Réalisation site : Epistrophe