Accueil du site > Archives > Luxembourg > Appel du mois > Archives > Appel du mois - Avril 2007

Appel du mois - Avril 2007

mars 2007

GUATEMALA

Les militants des droits de l’homme en danger

Le 15 janvier 2007, le syndicaliste Pedro Zamora était assassiné à Puerto Quetzal, département d’Escuintla, par cinq individus qui ont tiré une centaine de balles sur sa camionnette. Pedro Zamora a été touché par une vingtaine d’entre elles et grièvement blessé. Son véhicule s’est écrasé contre un mur. Un des assaillants s’est alors approché et l’a abattu d’une balle dans la tête, sous les yeux de ses deux jeunes enfants dont l’un, âgé de trois ans, a aussi été blessé par balle. Pedro Zamora avait participé en tant que secrétaire général du Syndicat des travailleurs du port de Quetzal aux négociations avec la direction pour la réintégration d’ouvriers licenciés. Depuis, plusieurs de ses collègues ont à leur tour reçu des menaces de mort.

Le 6 février, Israel Carías Ortiz, dirigeant communautaire du département de Zacapa, a été assassiné avec ses deux fils Robin, 11 ans, et Luswin, 9 ans, alors qu’il rentrait chez lui à Los Achiotes. Quatre impacts de balle ont été relevés sur le corps du père de famille qui laisse 3 jeunes enfants de 6, 5 et un an. Ses deux fils aînés ont été abattus d’une balle dans la tête. Israel Carías Ortiz, qui militait au sein du Comité de l’unité paysanne (CUC) continuait de défendre les intérêts de sa communauté engagée dans un conflit agraire alors qu’il avait été menacé à plusieurs reprises. La mère d’Israel Carías Ortiz est morte en apprenant ce qui s’était passé.

Profitant du climat d’impunité qui règne au Guatemala, des groupes clandestins liés aux grands propriétaires terriens et aux responsables de crimes perpétrés pendant les 36 ans de la guerre civile, ont redoublé d’efforts ces derniers mois pour empêcher les défenseurs des droits de l’homme de faire leur travail : quatre assassinats, une tentative de meurtre, une intrusion illicite dans les locaux de trois organisations de défense des droits de l’homme et au moins 20 actes d’intimidation au cours des quarante premiers jours de l’année.

Cette aggravation alarmante des menaces envers les militants de la société civile témoigne d’une absence totale de volonté politique de la part du gouvernement guatémaltèque de protéger les défenseurs des droits de l’homme. Que les victimes soient des agriculteurs assassinés pour avoir défendu les intérêts de leur communauté, ou des avocats intimidés et menacés de mort pour être intervenus dans des affaires de crimes contre l’humanité, ces attaques, presque toujours attribuées à la délinquance commune en dépit de toutes les apparences, continuent d’être perpétrées en toute impunité.

L’ACAT demande aux autorités du pays de faire preuve d’une grande fermeté face à de telles exactions et à mener des enquêtes approfondies et impartiales sur chacun de ces crimes.

TRADUCTION DE LA LETTRE

Monsieur le Procureur général,

L’Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (ACAT) à Luxembourg, m’informe de la récente vague d’agressions contre les militants des droits de l’homme au Guatemala.

J’ai appris avec la plus grande consternation la nouvelle de l’assassinat, le 6 février, du dirigeant communautaire de Zacapa, ISRAEL CARÍAS ORTÍZ, abattu en même temps que ses 2 fils de 9 et 11 ans, qui ont chacun reçu une balle dans la tête. Israel Carías était membre du Comité de l’unité paysanne (CUC), et avait été menacé de mort en raison de ses activités en faveur de sa communauté de Los Achiotes dans un conflit agraire.

PEDRO ZAMORA ÁLVAREZ, secrétaire général du Syndicat des travailleurs du port de Quetzal (STEPQ), a été assassiné le 15 janvier à Puerto Quetzal, alors qu’il rentrait chez lui en camionnette avec ses deux jeunes enfants, dont l’un a également été blessé dans l’attaque. Depuis le meurtre du syndicaliste, plusieurs de ses collègues ont reçu des menaces de mort dirigées contre eux-mêmes et leurs familles.

Au cours des quarante premiers jours de l’année 2007, on a comptabilisé quatre assassinats, une tentative de meurtre, une intrusion illicite et au moins vingt actes d’intimidation contre des défenseurs des droits de l’homme, parmi lesquels des militants écologistes, des avocats qui travaillent sur des cas de crimes contre l’humanité, des dirigeants paysans qui représentent les intérêts de leurs communautés.

Par conséquent, je demande aux autorités guatémaltèques :
• de faire toute la lumière sur les assassinats d’Israel Carías Ortíz et de ses fils, et sur celui de Pedro Zamora, ainsi que sur toutes les agressions contre des défenseurs des droits de l’homme au Guatemala ;
• de faire juger tous les responsables matériels et intellectuels de ces actes ;
• de prendre les mesures de protection adéquates pour permettre à tous les militants des droits de l’homme de poursuivre librement leurs activités légitimes sans crainte de représailles.

En vous remerciant de l’attention que vous voudrez bien porter à mon appel, je vous prie d’agréer, Monsieur le Procureur général, l’expression de ma haute considération.

P.-S.

La lettre est adressée à :
Juan Luis FLORIDO, Procureur général et chef du ministère public.

Fax : 00.502.2411.9124

N’oubliez pas :
vos nom et prénom, votre adresse, la date, votre signature.

Timbrez à 0,90 €.

Ecrivez avant le 15 mai 2007.

Qui sommes nous ?
Equipe
Réseau des ACAT
Statuts
Finances
Comprendre
La torture
La peine de mort
Les disparitions forcées
La justice internationale
Instances internationales
Position des Eglises
Tableau des ratifications par pays
Frise chronologique
Cartographies
Agir
Auprès des instances internationales
Avec les Coalitions
Formations
Comment agir ?
S’informer
Rapports d’activités
Rapports
Le bulletin ’Fiacat Info’
Ressources documentaires
Ressources théologiques
Liens
Espace Presse

Contact - Liens
FIACAT - 27, rue de Maubeuge - 75009 Paris — France - Tél.: +33 (0)1 42 80 01 60 - Réalisation site : Epistrophe