Accueil du site > Agir > Formations > Séminaires régionaux > Amérique > 1er Séminaire régional de la FIACAT pour le continent américain

1er Séminaire régional de la FIACAT pour le continent américain

septembre 2006

1er Séminaire régional de la FIACAT pour le continent américain
1er Séminaire sur les droits de l’homme de la communauté chrétienne pour le continent américain

São Bernardo do Campo, 15 septembre 2006


Déclaration finale du Séminaire Amérique (12-15 septembre 2006)

Réunie depuis le 12 septembre 2006 à l’Université Métodiste de São Paulo, à São Bernardo do Campo, dans le Grand São Paulo, la communauté chrétienne a tenu un seminaire dont le thème principal a été « L’interdit de la torture : un principe en péril. » Le débat académique et oecuménique, a été centré sur divers aspects des droits universels de l’Homme, objectivant et approfondissant des thèmes comme :

- Droits de l’Homme et torture, terrorisme et impunité ;
- Droits de l’Homme, de l’enfant et de l’adolescent,
- Droits de l’Homme et Genre,
- Droits de l’Homme et éthnies,
- Droits de l’Homme et environnement,
- Droits de l’Homme et oecuménisme.

Pendant les réflexions thématiques, nous avons observé que les violations des droits de l’Homme continuent d’être une pratique commune dans la société brésilienne, principalement dans les Unités carcérales et socio-éducatives, comme dans les espaces publiques où la violation des droits de l’Homme est constante et explicite, qui, bien que ignorée, affecte directement les questions de genre, ethnie et environnement. La torture étant une pratique éthique, religieuse, juridique et sociale inacceptable, nous percevons que son incidence dans la société brésilienne s’aggrave dans les couches les plus pauvres de la population, atteignant directement les noirs, les femmes et les jeunes. Nous ne pouvons pas oublier que la population carcérale provenant de ces groupes est chaque fois plus vulnérable à la torture pratiquée par les organismes de sécurité et aggravée par l’idée répandue dans de grandes couches de la société qui croit que “ la souffrance est rédemptrice.”, ou qu’il n’y a pas d’autre façon de traiter avec la population carcérale, sinon par la torture, soit physique ou psychologique.

Considérant que l’être humain est un agent transformateur, cependant aujourd’hui, la société moderne cause à l’environnement un processus semblable à l’acte de torture. Au nom du développement, de l’ accumulation de la richesse et du pouvoir, des espèces sont détruites, des populations sont décimées, des continents dévastés, des cultures anéanties et ainsi la destruction de la « maison commune » (oikouménè) est, en réalité une lente auto-élimination de toute l’humanité.

Les participants à ce séminaire reconnaissent que l’action oecuménique est incisive dans l’abolition de la torture pour préconiser la cohabitation humaine, le respect de la différence, la préoccupation de la vie humaine, de l’environnement, les actions de justice et de compasión.


Qui sommes nous ?
Equipe
Réseau des ACAT
Statuts
Finances
Comprendre
La torture
La peine de mort
Les disparitions forcées
La justice internationale
Instances internationales
Position des Eglises
Tableau des ratifications par pays
Frise chronologique
Cartographies
Agir
Auprès des instances internationales
Avec les Coalitions
Formations
Comment agir ?
S’informer
Rapports d’activités
Rapports
Le bulletin ’Fiacat Info’
Ressources documentaires
Ressources théologiques
Liens
Espace Presse

Contact - Liens
FIACAT - 27, rue de Maubeuge - 75009 Paris — France - Tél.: +33 (0)1 42 80 01 60 - Réalisation site : Epistrophe