La Conférence des OING

A travers la Conférence des Organisations internationales non gouvernementales (OING), le Conseil de l’Europe entretient une relation privilégiée avec la société civile européenne. Grâce à des réunions de travail régulières, les OING peuvent faire part de leurs préoccupations, de leurs analyses et apporter leur expertise dans les différents domaines d’activités du Conseil de l’Europe.

  • Des relations étroites et nécessaires

Le Conseil de l’Europe souhaite renforcer ses relations avec la société civile afin de développer la démocratie participative à l’échelle du continent. Ce rapprochement permet aux ONG internationales (OING) de travailler avec le Conseil de l’Europe sur les diverses thématiques qu’il développe (droits de l’homme, démocratie et état de droit) et leur permet de veiller à ce que les aspirations des Européens soient entendues et respectées par le Conseil.

Conscient de la place et de l’influence des OING, le Conseil de l’Europe dès 1951, leur a octroyé la possibilité d’acquérir un statut consultatif. En 2003, en reconnaissance du rôle important joué par celles-ci, le Conseil de l’Europe a décidé de transformer ce statut consultatif en un statut participatif. LA FIACAT, forte de son expertise en matière de lutte pour l’abolition de la torture et autres mauvais traitements est aujourd’hui dotée du Statut participatif auprès du Conseil de l’Europe.

Ces OING forment la Conférence des OING qui se réunit en session plénière deux fois par an à Strasbourg. Chaque session est organisée en commissions thématiques et groupes de travail pouvant être transversaux. Entre chaque session, une Commission permanente et les Groupes de travail se réunissent régulièrement afin d’organiser des activités spécifiques, de préparer des études et projets de recommandations sur différents thèmes d’actualité.

  • Les droits de l’Homme au cœur du débat

La FIACAT, comme près de 320 OING, participe à la Conférence des OING. Outre un suivi des commissions « Education et culture », et « Démocratie, cohésion sociale et enjeux mondiaux », la FIACAT se focalise principalement sur les travaux de la Commission droits de l’homme et sur les thèmes relatifs à son mandat : le droit à la vie, l’abolition de la torture dans l’espace géographique du Conseil de l’Europe, la lutte contre les disparitions forcées, la protection des défenseurs des droits de l’homme, religions et droits de l’homme, et dans une moindre mesure médias et droits de l’homme, et enfants et droits de l’homme. Chaque OING peut être membre de chacune des Commissions et de différents Groupes de travail.

Parallèlement à la Recommandation sur « L’évolution de la situation de la torture et des peines et traitements cruels, inhumains et dégradants dans les États membres du Conseil de l’Europe », proposée par la FIACAT et que la Conférence a adoptée le 24 janvier 2013, la Conférence des OING a décidé de la création d’un Groupe de travail dont la FIACAT a pris en charge la coordination et qui a pour objectif de réaliser le suivi de ce texte.

Le Groupe de travail pour l’abolition de la torture en Europe s’est donné les objectifs suivants :

A. Activités de plaidoyer et de lobbying auprès des États membres du CoE

  • Prévenir la torture en veillant au respect de tous les droits de l’homme ;
  • Condamner tout acte de torture ;
  • Répondre aux besoins des victimes d’actes de torture.

B. Travail en collaboration avec les instances et les organes du CoE

  • Demander aux instances (Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE), Comité des ministres) et aux organes (CPT, CEDH) d’examiner très régulièrement ce projet ;
  • Encourager les programmes de sensibilisation de formation.

C. Travail en collaboration avec les OING

  • Renforcer leur participation à la lutte pour l’abolition de la torture en Europe ;
  • Sensibiliser et encourager leurs membres nationaux à agir pour la prévention de la torture.

L’intervention de la FIACAT et des ACAT

Les thèmes abordés par la Commission droits de l’homme de la Conférence des OING étant choisis en fonction des attentes de ses membres, les ACAT peuvent faire parvenir à la FIACAT des rapports concernant la situation des droits de l’homme dans leur pays afin d’orienter les débats. Avec ces contributions et le soutien d’autres OING membres, la FIACAT pourra proposer des thèmes à aborder au Président de la Commission. Sur le plan national, les ACAT peuvent également entrer directement en contact avec les OING de leur pays qui participent à la Commission afin de rendre leurs actions plus efficientes et développer des synergies nationales.

Pour aller plus loin : site de la Conférence des OING

Qui sommes nous ?
Equipe
Réseau des ACAT
Statuts
Finances
Comprendre
La torture
La peine de mort
Les disparitions forcées
La justice internationale
Instances internationales
Position des Eglises
Tableau des ratifications par pays
Frise chronologique
Cartographies
Agir
Auprès des instances internationales
Avec les Coalitions
Formations
Comment agir ?
S’informer
Rapports d’activités
Rapports
Le bulletin ’Fiacat Info’
Ressources documentaires
Ressources théologiques
Liens
Espace Presse

Contact - Liens
FIACAT - 27, rue de Maubeuge - 75009 Paris — France - Tél.: +33 (0)1 42 80 01 60 - Réalisation site : Epistrophe