CDH 2000

Les priorités de la FI.ACAT à l’ONU pour l’an 2000 lors de la Commission et de la Sous-Commission des droits de l’Homme

Compte tenu de ses moyens limités, le groupe FI.ACAT ONU a décidé depuis quelques années de concentrer ses efforts sur une ou deux priorités, tout en continuant de suivre certains sujets d’une année sur l’autre.

Rappel :

En 1999, la FI.ACAT avait retenu comme priorité : La situation des droits de l’Homme au Mexique.

Arturo Requesens avait représenté l’ACAT Mexique lors de cette session. La FI.ACAT avait également parlé de la situation des droits de l’ Homme dans les deux Congos.

Priorités pour l’an 2000

- La situation en République Démocratique du Congo

Pourquoi ?

- Parce que la situation des droits de l’Homme dans ce pays est dramatique et qu’elle est particulièrement suivie par les Nations Unies (ex. : Roberto Garreton est rapporteur spécial sur la R.D.C.)

- Parce qu’il existe une ACAT dans ce pays et que cette année, Georges Bahaya, responsable de l’ACAT à Bukavu (R.D.C.) poursuit ses études à Lyon (France) et peut donc participer à moindre coût à la session de la Commission des droits de l’Homme à Genève.

Comment ?

- En accréditant Georges Bahaya pour qu’il participe au lobby des ONG sur la R.D.C. lors de la Commission des droits de l’Homme.

- En faisant des déclarations sur ce pays : une écrite sur les conditions de détention et une orale sur le problème de la torture.

- L’abolition de la peine de mort

Pourquoi ?

- Parce que la question est d’actualité au sein des Nations Unies : l’an passé une résolution sur cette question avait été adoptée par la Commission des droits de l’Homme mais celle-ci n’a pas été reprise par l’Assemblée Générale de l’ONU. Beaucoup d’ONG et d’États souhaitent insister de nouveau sur cette question pour qu’une résolution soit enfin adoptée lors de la prochaine AG.

- Parce que la FI.ACAT et de nombreuses ACAT se sont engagées en faveur d’un moratoire sur la peine de mort pour l’an 2000 lancé par la communauté Sant’Egidio.

Comment ?

- En accréditant des personnes chargées de suivre cette question pour la FI.ACAT lors de la session : une stagiaire de la FI.ACAT, le responsable du réseau SOS peine de mort de l’ACAT Suisse... qui pourront participer au lobby sur cette question.

- En faisant une déclaration écrite sur l’abolition de la peine de mort.

N.B. : Comme l’an dernier, la FI.ACAT essaiera de reprendre le thème de la campagne annuelle du réseau ACAT. Cette année, une déclaration écrite de la FI.ACAT parlera des conditions de détention au Brésil.

Suivi de certains sujets :

- La situation des droits de l’Homme au Mexique

L’ACAT Mexique, si elle n’est pas physiquement représentée cette année lors de la session de la CDH, continue néanmoins de s’intéresser aux relations entretenues par son pays avec les Nations Unies. Elle ne manque pas de rencontrer les représentants de l’ONU en visite au Mexique (ex. : le Haut Commissaire aux droits de l’Homme ou des rapporteurs).

L’ACAT suivra la prochaine session de la Commission des droits de l’Homme grâce à la Red nacional "Todos los derechos para todos", collectif d’ONG dont elle fait partie.

La FI.ACAT continuera de participer au lobby des ONG mexicaines lors de la Commission. Elle a d’ores et déjà accepté de signer une déclaration conjointe sur la situation des droits de l’Homme au Mexique, laquelle sera distribuée lors de la session.

- Le Protocole facultatif à la Convention contre la torture

Depuis de nombreuses années, la FI.ACAT suit les travaux du groupe de travail chargé de l’élaboration de ce protocole. La dernière réunion de ce comité n’a pas été fructueuse. Les négociations semblent bloquées, le compromis difficile à trouver. C’est pourquoi, la FI.ACAT a souhaité insister sur ce point lors de la prochaine session de la CDH (dans la déclaration écrite relative aux conditions de détention). Elle continue de suivre l’élaboration de ce protocole en lien avec les ONG de la CINAT (Coalition des ONG internationales contre la torture).

- La mise en place de la Cour Pénale Internationale

Ce sujet ne ressort pas directement du mandat de la Commission et de la Sous-Commission des droits de l’Homme. Il n’est pas mentionné dans leur ordre du jour, mais d’autres instances onusiennes sont chargées d’examiner cette question (les comités préparatoires chargés de l’élaboration du réglement de procédure et de preuve).

La FI.ACAT suit leurs travaux et informe les ACAT des éventuels problèmes rencontrés (ex. : pour l’accès des victimes). Les ACAT font pression auprès de leurs gouvernements pour qu’ils ratifient le Traité et qu’ils adoptent une attitude favorable dans l’élaboration de ce règlement.

Qui sommes nous ?
Equipe
Réseau des ACAT
Statuts
Finances
Comprendre
La torture
La peine de mort
Les disparitions forcées
La justice internationale
Instances internationales
Position des Eglises
Tableau des ratifications par pays
Frise chronologique
Cartographies
Agir
Auprès des instances internationales
Avec les Coalitions
Formations
Comment agir ?
S’informer
Rapports d’activités
Rapports
Le bulletin ’Fiacat Info’
Ressources documentaires
Ressources théologiques
Liens
Espace Presse

Contact - Liens
FIACAT - 27, rue de Maubeuge - 75009 Paris — France - Tél.: +33 (0)1 42 80 01 60 - Réalisation site : Epistrophe